En Alsace, un portail de partage d'imagerie doit encore convaincre les médecins libéraux

En Alsace, un portail de partage d'imagerie doit encore convaincre les médecins libéraux

Denis Durand de Bousingen
| 10.07.2017
  • Partage

Développé au sein du groupement de coopération sanitaire « Alsace e-santé », le service d’imagerie médicale en région Alsace (SIMRAL) doit permettre aux hôpitaux, aux médecins du Haut- et du Bas-Rhin de partager par Internet toute l’imagerie de leurs patients. Les usagers peuvent également accéder au service et consulter examens et comptes rendus sur le portail sécurisé. Mais si les hôpitaux publics s’enthousiasment pour le dispositif, les médecins libéraux, notamment les radiologues, se montrent pour le moment réservés.

Éviter les redondances

Lancé officiellement fin juin, SIMRAL fait actuellement l’objet de présentations pour les médecins dans les principaux établissements de la région. Les hôpitaux alsaciens « produisent » chaque année un million d’images (radios, scanners, IRM, échographies...), dont 50 % sont le fait de cinq établissements dont le CHU et le centre anti cancéreux de Strasbourg, ainsi que les hôpitaux de Mulhouse/ Sud Alsace, Saverne et Wissembourg qui constituent les premiers adhérents au dispositif. Comme l’explique le Dr Catherine Turnami, directrice du pôle imagerie du groupement hospitalier de Mulhouse/ Sud Alsace, SIMRAL permet d’éviter les redondances lorsque des examens sont pratiqués dans des hôpitaux différents (et réduire les risques liés au cumul des doses). Le portail limite également les temps d’attente des images tout en réduisant les risques de perte de dossiers.

Selon le GCS Alsace Santé, 1 700 examens ont déjà été partagés sur SIMRAL et plus de 500 patients ont donné leur consentement à ce nouveau service.

Un modèle économique décrié par les libéraux

La branche alsacienne de l’URPS médecins du Grand Est s’est fortement engagée dans le projet. Principal artisan du dossier au sein de cette structure, le Dr Pascal Charles (CSMF) s’attend à ce que les libéraux s’inscrivent rapidement au service, même si nombre d’entre eux se disent certes prêts à l’utiliser, mais refusent de l’approvisionner avec leurs propres images pour des raisons de coût. En effet, le modèle économique de SIMRAL est basé sur le principe du « fournisseur payeur ». Lorsqu’un médecin archive une image en ligne, il paye 57 centimes, mais la consultation du document est gratuite pour les autres praticiens.

Beaucoup de professionnels potentiellement « producteurs d’image » renâclent à payer cette somme, et trouvent par ailleurs que le système est encore trop lourd. Les radiologues libéraux, en particulier, ne fournissent donc aucune image à SIMRAL pour le moment, pas plus que d’autres producteurs potentiels comme les chirurgiens ou les gastro-entérologues. En outre, estime le Dr Claude Bronner (FMF), toujours au nom de l’URPS, les généralistes sont certes intéressés par l'obtention rapide des images et des clichés, mais attendent avant tout une réception rapide et facile des comptes rendus de sortie, qui doivent, selon lui, compléter le dispositif.

Expérimentation par des libéraux

Largement financé par l’ARS, SIMRAL doit donc maintenant se faire adopter non seulement par les autres établissements qui ne l’utilisent pas encore, mais aussi et surtout par les libéraux, à la fois « récepteurs » et « producteurs ». Actuellement, huit médecins libéraux du secteur de Wissembourg sont en train de l’expérimenter. C’est à cette condition que le renforcement des relations ville-hôpital réclamé par tous pourra se concrétiser. Enfin, ont rappelé les promoteurs du service lors de sa présentation, un modèle équivalent devrait prochainement voir le jour en Lorraine, et SIMRAL pourrait aussi, grâce notamment aux réseaux internationaux de coopération du CHU de Strasbourg, se développer dans d’autres parties du monde.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
dpc

Le DPC... de gré ou de force ! Après des pré-inscriptions massives par des robots, l'Agence riposte et rassure

De mémoire de syndicaliste, le Dr Bernard Ortolan, cadre de la CSMF et directeur scientifique d’Evolutis DPC, n’avait jamais vu cela. En quelques heures, samedi dernier, de nombreux confrères l’ont alerté de leur pré-inscription... 11

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Feu vert au « pharmacien prescripteur », les médecins sur les nerfs

mesnier pharmaciens

Le Dr Thomas Mesnier a donc persisté et signé ! Lors de l'examen de la loi de santé, l'Assemblée nationale a autorisé les pharmaciens à... 65

Les médecins franciliens se convertissent à la prise de rendez-vous en ligne mais se méfient de la concentration du secteur

rdv en ligne

Les plateformes de rendez-vous en ligne ont la cote chez les patients autant que chez les praticiens d'Ile-de-France. Près de deux tiers... 1

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)-0

L’extension de l’obligation vaccinale (de 3 à 11 vaccins) est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Plus d’un an après, les premiers...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter