L'agence européenne des produits chimiques classe le bisphénol A dans la catégorie des perturbateurs endocrininiens

L'agence européenne des produits chimiques classe le bisphénol A dans la catégorie des perturbateurs endocrininiens

Damien Coulomb
| 16.06.2017
  • BISPHENOL

Le comité des États membres de l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient de classer à l'unanimité le bisphénol A dans la catégorie des substances extrêmement préoccupante dans le cadre du règlement REACh, au vu de ses propriétés de « perturbateurs endocriniens ».

Cette décision constitue une réponse positive faite à la proposition française faite par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation de l'environnement et du travail (ANSES) en février dernier. Les industriels seront désormais tenus de signaler auprès de l'ECHA la présence de bisphénol A dans les articles fabriqués et importés, et d'informer l'acquéreur. Cette nouvelle classification conditionne en outre l'usage du bisphénol A à l'octroi d'une autorisation temporaire et renouvelable.

Le glyphosate en ligne de mire

L'ANSES avait recommandé, en septembre 2011, une réduction des expositions de la population au bisphénol A qui est par ailleurs interdit dans les contenants alimentaires en France depuis le 1er janvier 2015. En décembre 2016, la Commission européenne a adopté une réglementation restreignant l'utilisation du bisphénol A dans certains articles comme les tickets thermiques.

Cette décision a été saluée dans un communiqué de l'ONG HEAL (Health and Environmental Alliance) qui la qualifie de « pas important dans la protection de la santé des Européens ». Elle intervient alors que les tentatives de commission européenne pour proposer une classification des perturbateurs endocriniens patinent à Bruxelles.

HEAL enjoint à ce sujet la France de garder une position ferme sur le dossier des perturbateurs endocriniens en général, et sur celui du possible renouvellement d'autorisation de mise sur le marché du glyphosate en particulier.

Bien qu'il regrette « le délai mis pour prendre cette décision », le réseau environnement santé (RES), qui avait alerté sur les dangers du bisphénol A dès 2009, salue « le travail effectué par l’agence française ANSES pour défendre ce dossier ». Le RES juge en outre que cette classification rend « encore plus aberrante » la norme établie par l’agence européenne de sécurité sanitaire de l’alimentation (EFSA) de 4 microgrammes par kilo et par jour. « Il est tout aussi urgent de réviser la norme en milieu professionnel : 10 milligrammes par mètre cube… ce qui correspond à une dose équivalente à 400 fois la norme EFSA ! », poursuit le RES qui juge que « cette classification concernant le BPA doit être élargie aux grandes familles de perturbateurs endocriniens pour lesquels le dossier scientifique est solidement établi en priorité : phtalates, perfluorés, alkylphénols, polybromés, parabènes et pesticides ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ddd

CMU, AME et refus de soins : le Défenseur des droits tance les plateformes de rendez-vous médicaux

Six mois pour faire le ménage dans les mentions discriminatoires ciblant des patients précaires ou étrangers. C'est ce que réclame le Défenseur des droits, Jacques Toubon, dans deux décisions à l'attention des plateformes de... 20

Études de médecine : deux voies d'accès proposées, arbitrages en janvier

etudes

Terminée la voie royale de la première année commune aux études de santé (PACES) pour entrer en médecine ! Dès 2020, plusieurs entrées... 14

Les cellules tumorales circulantes, un outil pour mieux traiter les cancers du sein métastatiques

La quantité de cellules tumorales circulantes (CTC) est un élément pronostique de la maladie. Mais est-ce que cette information peut être... Commenter

« Mainmise » sur la formation, « propositions rétrogrades », jeunes et libéraux cognent sur le rapport sur le CHU de demain

chu

Médecins et conférences hospitalières n'ont visiblement pas la même vision du système de santé de demain. Dans la foulée de la remise en... Commenter

Rougeole : plus de 10 000 cas recensés à Madagascar

rougeole

Après une forte augmentation des cas de rougeole signalés début décembre au Brésil et au Venezuela, c’est au tour de Madagascar de... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter