Le niveau de burn-out « très élevé » chez les infirmières, à hauteur de celui des généralistes

Le niveau de burn-out « très élevé » chez les infirmières, à hauteur de celui des généralistes

Marie Foult
| 12.06.2017
  • burn out

« Très élevé ». Tel est le niveau de burn-out chez les infirmières libérales, selon une vaste étude* déclarative menée par Didier Truchot, professeur de psychologie sociale à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, et Mathilde Duboz, étudiante en psychologie du travail. D'après les réponses obtenues, ce niveau de burn-out serait à hauteur de celui des médecins généralistes. Cette étude, dans laquelle 88 % des répondants sont des femmes, avec une moyenne d'âge de 44 ans, met en lumière les diverses situations de tensions (« stresseurs ») rencontrées par les infirmières libérales et codées de 0 à 6 selon leur fréquence.

Les situations de stress les plus fréquentes sont celles qui donnent le sentiment d’être débordé par son travail, comme une amplitude horaire importante (notée 5,22 sur 6, la moyenne étant de 48 heures par semaine), des services exigés « qui ne relèvent pas du ressort » de l'infirmière (5,18 sur 6) ou le manque de temps pour se reposer (4,84 sur 6).

La protection du cabinet de groupe

Le deuxième facteur de stress cité est « le travail empêché », un thème qui regroupe les relations conflictuelles avec des patients ou avec les collègues, un environnement de travail contraignant, le fait de travailler dans des logements peu adaptés, avec un manque de matériel, une absence de lits (4,57 sur 6) ou encore le fait de réaliser des soins dans des logements sales ou vétustes (4,12 sur 6). Les inquiétudes financières et l’empathie – avec parfois la difficulté à trouver la bonne distance face aux malades – sont aussi évoquées.

« Ce qui joue le plus sur l'épuisement émotionnel des infirmières libérales est la charge de travail, suivie du travail empêché », résume Didier Truchot. L'épuisement est aussi plus élevé chez les infirmières qui travaillent seules et ne sont pas associées. « La voie royale pour diminuer le burn-out peut donc être le cabinet de groupe qui protège de la charge de travail », préconise le Pr Truchot.

* Questionnaire diffusé dans le magazine « L'infirmière libérale », auquel ont répondu 1 678 infirmières de façon complète.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
KLAUSS Médecin ou Interne 14.06.2017 à 22h41

double charge de travail ,et pas de suivie........pour celles qui travaillent en unité Alzheimer ,Parkinson!
où est la prévention pour les infirmières?

Répondre
 
CORINNE G Infirmier 22.08.2017 à 19h34

les infirmières sont toujours sur le front, en première ligne et seules face aux difficultés!! je leur tire mon chapeau car en plus elles ne se plaignent pas ou rarement et ne sont guère soutenues!! Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Revenus 2016 : êtes-vous mieux loti que vos confrères ? Faites le test

Revenus 2016 : êtes-vous mieux loti que vos confrères ? Faites le test-0

Anesthésistes, généralistes, cardiologues, pédiatres… « Le Quotidien » a compilé les revenus imposables 2016 des principales spécialités... Commenter

Buzyn (et l'IGAS) enterrent de fait le tiers payant généralisé obligatoire au 30 novembre

Buzyn Grand Jury

Cela ressemble à un enterrement sans fleurs ni couronnes. Le tiers payant « fonctionne » certes pour les patients remboursés à 100 % par... 29

La généralisation du tiers payant « irréaliste » fin novembre, explique l'IGAS

tiers payant

Très attendu, le rapport de l'IGAS sur l'évaluation de la généralisation du tiers payant a été mis en ligne ce lundi matin. La mission a... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter