Infarctus du myocarde : le risque est multiplié par 17 après une infection respiratoire

Infarctus du myocarde : le risque est multiplié par 17 après une infection respiratoire

Fabienne Rigal
| 15.05.2017
  • infarctus

    Infarctus du myocarde : le risque est multiplié par 17 après une infection respiratoire

Les infections respiratoires basses, mais aussi hautes, sont associées à un risque plus élevé d’infarctus du myocarde (IM), dans le mois qui suit l’infection. C’est ce que viennent de montrer des chercheurs australiens, dont l’étude est parue dans l’« Internal Medicine Journal ».

Cette étude rétrospective porte sur 578 patients hospitalisés pour un IM et qui ont répondu à un questionnaire sur leurs symptômes respiratoires avant l'événement cardiaque. Ils étaient 17 % à rapporter une infection respiratoire (c’est-à-dire un mal de gorge, de la toux, de la fièvre, une douleur sinusale et des symptômes grippaux, ou un diagnostic de pneumonie ou bronchite) dans les sept jours précédant l’IM, et 21 % à en rapporter une dans les 31 jours précédant l’IM. Ce risque était 17 fois plus élevé que chez les patients n’ayant pas présenté d’infection respiratoire avant leur IM.

Infections hautes aussi

Quant aux patients ayant présenté des symptômes d’infection des voies respiratoires supérieures (rhume, pharyngite, rhinite et sinusite), le surrisque existait aussi, quoique de façon plus faible (13,5 fois le risque des patients n’ayant pas présenté d’infection). Comme l’indique le Dr Lorcan Ruane de l’Université de Sydney, auteur principal de l’étude, « les infections des voies respiratoires supérieures sont moins sévères (pour le risque d’IM) mais elles sont aussi beaucoup plus fréquentes que les infections respiratoires basses. Il est donc important d’y penser, en particulier à l’approche de l’hiver ».

Les auteurs insistent sur l’importance de penser aux mesures de prévention (en particulier les vaccins contre la grippe et la pneumonie), et de ne pas ignorer les symptômes d’un IM après une infection respiratoire, même si le risque reste globalement faible. Ils soulignent aussi que cette étude est la première à confirmer l’association entre infection respiratoire et IM, par angiographie coronaire. « Les hausses de niveau de troponine et les anomalies dans l’électrocardiogramme (utilisés dans les études précédentes, ndlr) pourraient être dues à des causes non ischémiques », précisent-ils.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Patrick E Médecin ou Interne 16.05.2017 à 16h43

j'ai observé un SCA dans la semaine qui a suivi un état grippal il y a 2 ans

Répondre
 
antoine s Médecin ou Interne 16.05.2017 à 05h12

Des études anciennes avaient déjà prouvé l'origine infectieuse des IDM ( prélèvements des coronaires lors de l'autopsie ).
En Argentine ( Lancet ) une étude comparative avait été lancée aux urgences Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Même pas besoin de tousser ou d’éternuer, la grippe pourrait se transmettre juste par la respiration

grippe

La transmission de la grippe serait encore plus facile qu’on le croit, selon une étude parue dans les « PNAS », puisque simplement respirer... 7

Le conflit se durcit entre les médecins régulateurs et l’ARS en Haute-Garonne

samu

Début d’année compliqué pour les acteurs de la permanence des soins en Haute-Garonne. En grève illimitée depuis le 1er janvier, les... 4

Combiner l’ADN circulant et les marqueurs sériques pour détecter précocement huit cancers

cancer biopsie

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) ont mis au point une nouvelle forme de biopsie... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter