Déclaration des liens d'intérêts : les labos ont joué le jeu de la transparence, selon leur comité de déontovigilance

Déclaration des liens d'intérêts : les labos ont joué le jeu de la transparence, selon leur comité de déontovigilance

Henri de Saint Roman
| 20.04.2017

Les laboratoires se sont approprié la base de données Transparence-Santé, qui liste les avantages (restaurants, hôtels, transports) accordés aux professionnels de santé, ce site étant jugé « un outil d'amélioration des pratiques pertinent », selon le comité de déontovigilance du LEEM (CODEEM).

Le comité, organe qui promeut et fait respecter les règles d’éthique et de déontologie dans l'industrie pharmaceutique, rend public ce 19 avril son rapport d'activité pour l'année 2016, dans lequel il a analysé les données mises en ligne l'an passé par les labos sur le site gouvernemental. « Les résultats mettent en évidence une homogénéité des pratiques, analyse le Pr Grégoire Moutel, endocrinologue et président du CODEEM. Seuls des dépassements minimes, en général sur des frais d'hospitalité, sont relevés, preuve de la bonne intégration des règles déontologiques au sein des entreprises. » Ces déclarations sujettes à caution n'excéderaient pas 4 % du total, précise encore Grégoire Moutel.

Un mode de saisie imprécis

Le CODEEM juge ce dernier résultat d'autant moins grave qu'une bonne part des dépassements serait imputable à des déclarations groupées. « La base de données n'est pas très bien conçue, regrette le déontologue du LEEM, et souffre d'une imprécision du mode de saisie. » En clair, certaines sommes figurant sur le site résulteraient d'addition de plusieurs factures, donnant le sentiment qu'un professionnel aurait été invité à déjeuner une seule fois pour une somme astronomique alors qu'il aurait en fait été invité à plusieurs reprises, le montant déclaré étant alors une addition des additions...

Faute de pouvoir intervenir pour améliorer ladite base de données, le CODEEM invite ses adhérents à former les personnels affectés à la collecte de ces informations à modifier leurs pratiques, et à procéder facture par facture.

La rétroactivité en question

Enfin, alors que la base de données gouvernementale abrite également depuis le 1er avril les conventions signées entre les labos et les professionnels de santé (et leurs montants), Grégoire Moutel assure être « favorable à cette transparence sur les conventions ». Seul bémol, la loi fait obligation aux entreprises de les rendre publiques avec une rétroactivité de trois ans. « Ce n'est pas forcément respectueux pour les professionnels, juge-t-il, et c'est un défi logistique pour les laboratoires. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... Commenter

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter