Pour réduire le déficit de la Sécu, les Français prêts à taxer les labos et à limiter les tarifs

Pour réduire le déficit de la Sécu, les Français prêts à taxer les labos et à limiter les tarifs

Marie Foult
| 14.03.2017
  • tarifs

Parmi les moyens les plus pertinents pour réduire le déficit de la branche maladie (et soumis à ce titre aux enquêtés), ce sont la taxation des fabricants de médicaments (83 %) ainsi que la limitation des tarifs des professionnels de santé (81 %) qui recueillent l’approbation la plus large des Français. C'est du moins ce que révèle le dernier Baromètre d'opinion* de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) dans son édition 2016. 

Dans l'inventaire des outils d'économies, les sondés retiennent ensuite l'élargissement des tâches des infirmiers et des pharmaciens (66 %) et la limitation des prescriptions (64 %). La prescription obligatoire de génériques séduit un peu plus de la moitié des personnes interrogées (53 %). La restriction des remboursements, l'augmentation des cotisations et la baisse de la prise en charge des longues maladies sont largement écartés. 

Source : DREES

Si les trois quarts des Français s'estiment personnellement en bonne santé, la moitié d'entre eux pensent également que l'état de santé général des Français s'est dégradé. « Cette représentation négative (...) pourrait expliquer le souhait des personnes interrogées que les efforts pour réduire le déficit de la branche maladie ne se fassent pas au détriment des assurés », analyse la DREES.

Le financement de la Sécurité sociale reste une source d'inquiétude majeure : 74 % des personnes interrogées sont d'accord avec l'idée que le système coûte trop cher à la société, soit 6 points de plus qu'en 2014. Seulement quatre personnes sur dix choisiraient d'en faire reposer les ressources principalement sur les cotisations sociales, ou la CSG (comme c'est le cas aujourd'hui). Imposer les bénéfices des entreprises, via l’impôt sur les sociétés arrive en deuxième position des modes de financement le plus souvent choisis (23 %), avant la TVA (15 %).

* Baromètre réalisé auprès de 3 038 individus de 18 ans et plus, résidant en France métropolitaine.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
psy
Focus

Journée nationale d'action le 22 janvier Abonné

Éreintée par la pénurie médicale et le manque de personnels, fragilisée par une organisation obsolète, la psychiatrie à l'hôpital public fait grise mine. Demain, ses défendeurs manifestent à Paris pour ouvrir les yeux des pouvoirs publics sur la dégradation des conditions de soins. 1

Organisation des ECNi : le CNG bientôt au chomâge technique ?

Alors que les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) sont condamnées à disparaître d'ici à quelques années, le Centre national... 2

Moins de viande, plus de fruits, de légumes et de graines : le régime qui équilibre santé et climat

viande rouge

« La civilisation est en crise. Nous ne pouvons plus nourrir la population mondiale de façon saine tout en ménageant les ressources de la pl... 2

Un urgentiste de Valenciennes condamné à un an de prison avec sursis après la mort d'une jeune fille

Un médecin urgentiste d'une polyclinique de Valenciennes a été condamné à douze mois de prison avec sursis, 3 000 euros d'amende et 150 000... 27

400 généralistes salariés ou mixtes dans les déserts : premiers recrutements d'ici à fin mars

cabinet

Du neuf du côté des 400 postes de généralistes à exercice partagé ville/hôpital ou salarié en zone sous-dense. La direction générale de... 47

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter