Cotisation ordinale : 15 ans de hausse, pourquoi ça grimpe ?

Cotisation ordinale : 15 ans de hausse, pourquoi ça grimpe ?

Stéphane Long
| 25.02.2017
  • cotisation ordre

Depuis le 1er janvier 2017, les médecins doivent débourser 333 euros (*) au titre de la cotisation ordinale, condition indispensable pour exercer et figurer au tableau de l’Ordre. C’est trois euros de plus qu’il y a un an… et 13 de plus qu’en 2015. La nouvelle a fait grincer quelques dents. « À chaque appel, je suis contrariée ! C’est un vol de plus sur le dos des médecins », écrivait il y a quelques jours une lectrice du « Quotidien ».

En 16 ans, le montant de la cotisation a grimpé de 119 euros (+55 %). Depuis 2001, la hausse a été quasiment systématique chaque année : 2,8 % par an en moyenne, alors que le taux d’inflation moyen avoisine 1,4 % sur cette période (INSEE). Deux fois, seulement, la cotisation à l’Ordre n’aura pas augmenté, en 2012 et 2013.

Pourquoi une telle constance dans la hausse ? Président de l’Ordre depuis 2013, le Dr Patrick Bouet justifie les dernières augmentations par les nouvelles missions confiées à l’institution : validation des acquis, insuffisance professionnelle, régularisation européenne des diplômes… « Il a notamment fallu recruter pour s’adjoindre de nouvelles compétences, explique le généraliste. Nous avons dû financer cette augmentation de la masse salariale. » Depuis 2007, le nombre de collaborateurs est passé de 86 à 131, rien que sur le Conseil national.

2017, une hausse historiquement basse

Le président récuse tout dérapage inflationniste. « Les augmentations sont en rapport avec l’évolution du taux d’inflation des services en France, qui est plus élevé que celui des biens de consommation », relève le Dr Bouet. Le secteur des services connaît en effet une hausse annuelle de près de 2 % depuis 2004, et de moins de 1,5 % au cours des deux dernières années, selon les chiffres de l’INSEE. Reste que l’augmentation de la cotisation en 2015 a frisé les 5 %, avant de ralentir les années suivantes : seulement 0,9 % en 2017, soit la plus faible majoration depuis 2001.

« Il a fallu opérer un rattrapage après les pauses de 2012 et 2013, justifie le Dr Bouet. Vous pouvez décider de ne pas augmenter la cotisation, mais cela a un impact sur les années qui suivent. »

« J’ai eu tort » de ne pas augmenter, le mea culpa de l’Ordre

« J’ai eu tort, c'était une erreur de ne pas augmenter la cotisation », reconnaît le Dr Michel Legmann, son prédécesseur à la tête de l’Ordre (2007-2013). Le radiologue n’était pas favorable à un statu quo, mais il dit avoir suivi l’avis des conseils départementaux et régionaux, hostiles à une nouvelle majoration après celles de 2008 (+5,8 %) et de 2009 (+5,5 %). « Il faut augmenter peu, mais régulièrement, tous les ans. C’est de la bonne gestion, si vous ne voulez pas être contraint à un rattrapage par la suite », juge le Dr Legmann.

Il rappelle que l’Ordre a fait l’objet d’un contrôle de 18 mois de la Cour des comptes en 2012, qui n’a pas donné lieu à un rapport. « Ils n’ont pas formulé de critique sur notre gestion. C’était un satisfecit » se souvient le médecin.

Nouvelles missions, indépendance de l’institution, l’Ordre a un discours bien rodé sur la gestion de la cotisation. « 24 euros par mois, le prix de l’indépendance » titrait le CNOM dans son bulletin du mois de janvier 2009. Rebelote en 2011 : « le prix de l’indépendance », après une nouvelle hausse.

Suffisant pour convaincre les médecins de terrain ? « Vous connaissez en France un contributeur qui verse une taxe obligatoire avec le sourire ? », répond avec malice le Dr Bouet.

(*) Les médecins à la retraite souhaitant exercer même occasionnellement doivent s’acquitter d’une cotisation inférieure, 93 euros en 2017 (contre 90 en 2016).

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 77 Commentaires
 
m Médecin ou Interne 13.01.2018 à 21h54

L'ordre essaye d'exister mais la profession s'en est
détachée et ceux qui y croit comme c'est mon cas
sont entre soi et de moins en moins

Répondre
 
serge p Médecin ou Interne 13.01.2018 à 14h24

Le pire ces qu ils ne défendent pas les médecins. On attend une prise de position sur le harcèlement des médecins à l hôpital.. sur les effets de la loi HPST....

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 28.02.2017 à 09h15

Pourquoi se présenter aux élections du conseil de l'Ordre puisqu'on veut majoritairement sa dissolution. a la place créons un syndicat qui nous représente tous pour nous défendre, comme en Allemagne Lire la suite

Répondre
 
Doc Papyllon Médecin ou Interne 27.02.2017 à 22h02

Avis à tous les râleurs : présentez vous au élections du conseil de l'ordre !

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 27.02.2017 à 20h32

Nous sommes une clientèle captive pourquoi se gêneraient t-ils ? Ce sont de vieux barbons react qui ne défendent pas la profession. Une anecdote : j'ai reçu par courrier le 31/12 l'appel de Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Candidat à sa succession à la CSMF, le Dr Jean-Paul Ortiz fait un pas vers la convention

ortiz csmf

Le Dr Jean-Paul Ortiz annonce au « Quotidien » qu'il brigue un second mandat à la tête de la CSMF. Le néphrologue de Cabestany... Commenter

Alzheimer serait davantage causée par un dysfonctionnement que par une perte synaptique

alzheimer

Une étude franco-canadienne publiée dans « Scientific Reports » vient de présenter des résultats contre-intuitifs concernant la maladie... Commenter

Affections psychiques en hausse, les médecins traitants incités à mieux déclarer

affections psy

En épluchant les certificats médicaux de 626 000 accidents de travail en 2016, la branche accidents du travail/maladies professionnelles... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter