Le secret médical en péril ? Des experts sonnent l'alarme

Le secret médical en péril ? Des experts sonnent l'alarme

Anne Bayle-Iniguez
| 06.09.2016

Un médecin généraliste, une députée européenne et une ancienne procureure de la République adjointe ont dénoncé lundi les « attaques » répétées à l'encontre du secret médical, à la faveur de projets de e-santé ou de la nouvelle législation. 

Lors d'une conférence de presse commune, le Dr Philippe de Chazournes, l'élue écologiste Michelle Rivasi et Danielle Braud se sont inquiétés de l'impact des politiques de santé numérique sur la protection des données individuelles de santé et sur la qualité du colloque singulier.

Généraliste à la Réunion et président de l'association de médecins libéraux Med’OCean, le Dr de Chazournes a condamné une nouvelle fois la mise en place du projet de l'agence régionale de santé (ARS) baptisé « Océan indien innovation santé » (OIIS). Cette expérimentation (en cours de déploiement) vise à améliorer, grâce aux outils numériques (plateforme de stockage de données médicales, tableau de bord et services en ligne), le suivi et la coordination des parcours de soins des patients souffrant de diabète, d'AVC, d'insuffisances rénale ou cardiaque. Mais le Dr de Chazournes redoute une utilisation « mercantile » des données de santé, non protégées des prétentions des industriels, éditeurs de logiciels en tête.

« On a acheté les médecins avec la consultation à 25 euros pendant qu'on votait au Parlement l'ouverture des données de santé, résume le généraliste. Tout le monde s'est focalisé sur le tiers payant généralisé alors que la loi de Santé met aussi à mal le secret médical par l'article 47 et la création de l'Institut national des données de santé. »

Fuite des données

La députée européenne Michèle Rivasi (Europe Écologie – Les Verts) partage les inquiétudes du praticien. « Nous sommes interpellés par les attaques sur la protection des données personnelles, développe l'élue verte. La loi de santé prévoit [par le décret du 20 juillet, NDLR] l'ouverture des données de santé aux chiropracteurs, aux ostéopathes, aux assistants maternels, aux éducateurs, aux mandataires judiciaires ou à d'autres professionnels non-médicaux. La possibilité accrue de fuite du secret médical nous pose énormément de problèmes. »

Danielle Braud, ancienne magistrate à Saint-Denis (La Réunion) a fait pour sa part le parallèle entre la nécessité de respecter l'indépendance du médecin autant que celle du magistrat. « Nous allons vers un système ou le patient se retrouvera sous tutelle et le médecin sous contrôle », a-t-elle prophétisé.

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Suicide d'un chirurgien à l'hôpital d'Eaubonne, soutien psychologique des équipes

C'est l'établissement qu'avait choisi le Premier ministre Édouard Philippe en février pour y présenter la stratégie de transformation du... Commenter

Bilan du DPC : davantage d'inscrits, budget tenu et grand ménage dans les formations

Lenoir-Salfati

Après deux ans de fonctionnement, l'Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), créée en 2016, a rendu public son... Commenter

Vaccination obligatoire : l’ANSM réfléchit à mieux informer professionnels et grand public sur la sécurité

vaccin

La ministre de la Santé s’y était engagée, l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) en organise les modalités. Les données de sécurité sur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter