Le C à 25 euros tout de suite : échaudés par les négos, MG France et l'UNOF relancent la guérilla tarifaire

Le C à 25 euros tout de suite : échaudés par les négos, MG France et l'UNOF relancent la guérilla tarifaire

Marie Foult
| 08.07.2016
  • c25

Après la séance de négociations conventionnelles de ce jeudi, qui a tourné court après le départ de la CSMF, du SML et du Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF, les représentants des généralistes, l'UNOF-CSMF et MG France, remettent le couvert sur la guérilla tarifaire. Tous deux déplorent la proposition de l'Assurance-maladie de revaloriser en deux temps le C, qui ne passerait à 25 euros qu'au 1er avril 2018.

L'UNOF, la branche des médecins généralistes de la CSMF, demande dans un communiqué « pourquoi humilier les médecins généralistes ? ». Le syndicat considère qu’« après quatre mois et demi de négociations, proposer une revalorisation de la consultation de base à 24 euros au 1er avril 2017 et à 25 euros au 1er avril 2018 est une véritable provocation ».

Le syndicat appelle donc l’ensemble des médecins généralistes à poursuivre massivement le mouvement de désobéissance tarifaire, en prenant le C à 25 euros dès maintenant. Il dénonce par ailleurs « les propositions indécentes et donc inacceptables » de l'Assurance-maladie et s'interroge sur la possibilité d'aboutir à un texte acceptable d'ici à 15 jours, comme le voudrait la CNAM.

« La coupe est pleine »

MG France, pourtant seul syndicat à être resté hier autour de la table, avec des membres de la FMF, joue la carte du collectif. Le syndicat rappelle que l'équité des tarifs entre médecins a fait l’objet d’un consensus intersyndical et « doit se traduire par une revalorisation sans attendre de la consultation à 25 euros, et un même tarif pour les actes réalisés par les tous médecins, spécialistes d'organe ou en médecine générale ».

MG France a également décidé d’intensifier sa campagne d’application du C à 25 euros, et appelle l’ensemble des organisations de médecins libéraux à l'appuyer. « La coupe est pleine », ajoute le syndicat de médecins généralistes, qui rappelle que le tarif de la consultation est bloqué depuis janvier 2011, et que la démographie médicale est « catastrophique ».

Hier, Nicolas Revel avait précisé la revalorisation du C en deux étapes était absolument « nécessaire » et que les médecins généralistes devaient le comprendre, au regard du surcoût apporté par cette mesure, estimé à 445 millions d'euros en dépenses remboursées.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
ANNE B Médecin ou Interne 09.07.2016 à 13h02

Nous sommes des nantis pour l 'opinion .
Mais demandez à Mr Revel si , il s'augmente de 2 euros en 2 ans !!!
Ces technocrates sont écœurants , ils ne voient qu'eux !!!

Répondre
 
C. Lassuit II Médecin ou Interne 08.07.2016 à 21h25

de galérien à l'acte sous fourches caudines. Où sont les Ordres des plombiers, des coiffeurs, des restaurateurs, des divers types d'amis de la nature printanière et automnale? Monde pipé Lire la suite

Répondre
 
hérodottt Médecin ou Interne 08.07.2016 à 20h30

23 € représente les ~150 FF des années '90. Pendant ce temps, la baguette est passée de ~1 FF à ~1 €.
Donc, négocier pour 23 € est un symptôme d'acceptation du statut de serf.

Répondre
 
xavier s Médecin ou Interne 11.07.2016 à 17h08

Mais où avez vous vu que le prix de la baguette était d' 1 franc en 1990?? Le prix du pain a évolué sensiblement de la même façon que le prix de la consultation ces trente dernières années, faut Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Stratégie nationale de santé : quatre priorités, une concertation, un décret pour décembre

sns

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a lancé ce lundi une grande concertation autour de la stratégie nationale de santé (SNS) qui sera... 7

Épidémie de rougeole en Italie : près de 4 500 cas dont 3 décès chez des non-vaccinés en 2017

rougeole

La cause principale de l'épidémie de rougeole qui sévit actuellement en Italie est « la part grandissante au fil du temps d'individus... 2

Patients et médecins n'imaginent pas (à tort) que la rémission du diabète est possible

diabete

Selon un papier d'analyse publié dans le « BMJ », le diabète de type 2 est encore trop souvent considéré à tort comme une maladie... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter