Peu après les Français, les Américains confirment que la dengue aggrave l'infection Zika

Peu après les Français, les Américains confirment que la dengue aggrave l'infection Zika

Dr Irène Drogou
| 27.06.2016

Des chercheurs de l'Emory Vaccine Center (Atlanta) en collaboration avec une équipe thaïlandaise de l'université Mahidol (Bangkok) montrent dans la revue « PNAS » comment une infection préalable au virus de la dengue peut potentialiser un épisode ultérieur à Zika.

Ces résultats publiés lundi 27 juin 2016 font directement écho à ceux publiés la semaine précédente dans « Nature » et « Nature Immunology » par une équipe française de l'Institut Pasteur/CNRS sous la direction du Pr Félix Rey.

La moitié des anticorps en commun

Les chercheurs français, en collaboration avec l'Imperial College London et l'université Mahidol de Bangkok, avaient eux aussi observé les réactions croisées entre les deux flavivirus. Loin d'être protecteurs, la majorité des anticorps favorisent un phénomène dit ADE (antibody-dependent enhancement) de potentialisation de l'infection dépendant des anticorps. « Ce sont vraiment les deux facettes du même problème », a commenté le Pr Jens Wrammert, pédiatre à l'Emory University School et dernier auteur de l'étude américaine.

Les chercheurs de l'Emory Vaccine Center ont analysé le sérum de 9 patients thaïlandais ayant ou ayant eu la dengue et suivis au Siriraj Hospital de Bangkok pendant et après l'infection. In vitro, tous les sérums ont réagi contre le virus Zika. Sur les 47 anticorps monoclonaux anti-dengue testés, la moitié se fixait sur Zika, et un petit sous-groupe s'est révélé neutralisant.

Des vaccins et des anticorps en vue

Comme Félix Rey, Jens Wrammert estime : « Pour Zika, les réponses immunitaires et la gravité de la maladie pourraient être différentes dans des zones endémiques pour la dengue, ou parmi des groupes ayant eu la dengue par rapport à d'autres naïfs. » Pour le Mehul Suthar, co-auteur de l'étude des « PNAS » : « Il sera important de savoir si les anticorps anti-dengue facilitent la pénétration du Zika à travers la barrière placentaire et l'accès au foetus en développement. »

Ces résultats boostent la recherche sur les vaccins et les traitements par anticorps. L'équipe française a une longueur d'avance sur les Américains en ayant identifié deux anticorps neutralisants très puissants communs aux deux virus, les anticorps EDE, ainsi que leur site de fixation identique sur les deux virus. Pour le Pr Félix Rey, en attendant le développement de vaccin, « ces anticorps pourraient être utilisables sans attendre pour protéger les femmes enceintes, à la condition que les moyens de production soient disponibles ». 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter