Prix des médicaments : une campagne choc de MDM dénoncée par le LEEM

Prix des médicaments : une campagne choc de MDM dénoncée par le LEEM

Coline Garré
| 13.06.2016
  • MDM

« Le cholestérol ? Un placement à forte rentabilité et garanti sans risque » ; « le cancer du sein, plus il est avancé, plus il est lucratif » ; « une leucémie, c'est en moyenne 20 000 % de marge brute » ; « 1 milliard d'euros de bénéfice, l'hépatite C on en vit très bien », « une épidémie de grippe en décembre, c'est le bonus de fin d'année qui tombe », etc. Médecins du Monde lance 12 affiches cyniques et choc pour dénoncer le prix des médicaments qualifié de « révoltant et d'exorbitant ».

MDM cite en exemple le sofosbuvir, dont « le traitement de 12 semaines est vendu 41 000 euros par patient alors qu'il ne coûterait que 100 euros à produire, selon une étude du chercheur Andrew Hill ». L'ONG épingle aussi les anticancéreux. « Le Glivec, un traitement contre la leucémie, est aujourd’hui vendu 40 000 euros par an et par patient pour un coût de production estimé à seulement 200 euros. Le Keytruda, un traitement contre le mélanome, est annoncé à un prix de 100 000 euros par an et par patient ». « De tels prix ne sont pas justifiés », dénonce l'ONG, accusant les laboratoires pharmaceutiques de faire des marges colossales sur le traitement des malades, tandis que la Sécurité sociale ne peut rembourser ces traitements.

« La mainmise de l’industrie pharmaceutique sur le système de la brevetabilité doit cesser. Les autorités laissent les laboratoires dicter leurs prix et abandonnent leur mission, celle de protéger la santé des populations. Il est maintenant temps que Marisol Touraine agisse en ce sens : ce n’est pas au marché de faire la loi, c’est à l’État » affirme le Dr Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde.

Outre la baisse du prix des médicaments, MDM demande la transparence des coûts de recherche et de développement, et un modèle alternatif au brevet pour financer l'innovation thérapeutique.

La campagne « Le prix de la vie », qui s'est vu refusée par les réseaux traditionnels d'affichage (métro, abribus), s'accompagne aussi d'une pétition, adressée à la ministre de la Santé, qui lui demande « d’user de tous les moyens juridiques et politiques en votre pouvoir, afin de faire baisser drastiquement le prix des médicaments innovants ».

« Propagande mensongère », selon le LEEM

Les entreprises du médicament (LEEM) ont riposté en condamnant des « propos caricaturaux et outranciers, (...) injurieux pour les industriels et irrespectueux pour les millions de personnes qui se battent quotidiennement contre la maladie ».

Le LEEM a présenté un autre visage du secteur pharmaceutique, en faisant valoir que les dépenses de médicaments sont maîtrisées dans l'objectif national des dépenses d'assurance-maladie (ONDAM), et qu'elles participent aux économies prévues annuellement dans la loi de financement de la Sécurité sociale. Le chiffre d'affaires des entreprises du médicament a diminué sur les 5 dernières années, avance encore le LEEM. Sans compter que le médicament est « la plupart du temps la solution de santé la plus efficiente ».

Rappelant que les innovations thérapeutiques sont « une bonne nouvelle pour les patients », le LEEM justifie les prix élevés par le bénéfice thérapeutique, les coûts de recherches, la durée de mise au point (11,5 ans en moyenne), et les investissements futurs.

Le syndicat patronal propose, indépendamment des négociations en cours avec le CEPS, d'aligner la progression de l'enveloppe des médicaments remboursés au niveau de celui de l'ONDAM (+ 1,75 %) pour garantir l'accès aux nouveaux traitements sans grever les comptes de la branche maladies.

Ce n'est pas la première fois que le LEEM réagit à une campagne lancée par une association. En avril dernier, en réponse à la campagne de la ligue contre le prix des anticancéreux, le LEEM dénonçait l'instrumentalisation des « patients et leur entourage ». Les associations mobilisées pour l'accès universel aux nouveaux traitements contre l'hépatite C, ont, quant à elles, plusieurs fois demandé une renégociation des prix.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Michael F Médecin ou Interne 14.06.2016 à 06h43

Quelle malhonnêteté intellectuelle de croire que le coût de fabrication vaut le coût de vente. La recherche coûte cher et les états le savent, ça les arrange bien de laisser ça aux labos, mais Lire la suite

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 13.06.2016 à 21h22

« Les médicaments ont un coût immédiat et un coût de recherche. A vouloir tout compresser sans tenir compte des réalités, on induit que la France devient le marché où-les-labos-gagnent-un-demi-rond, c Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

AMP : le CCNE se prononce en faveur d'une ouverture à toutes les femmes

ccne

Il était très attendu depuis plusieurs années, et l'attente devenait encore plus pressante depuis l'engagement du président Emmanuel Macron... Commenter

Un généraliste jugé par l'Ordre pour des propos discriminatoires et eugénistes contre les handicapés

Hippocrate

Jugé samedi 24 juin par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Basse-Normandie, un généraliste de Cherbourg risque la... 2

Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

À la suite de la possibilité envisagée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’étendre temporaire l’obligation vaccinale à tous les vacc... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter