La pollution en cause dans un tiers des AVC dans le monde

La pollution en cause dans un tiers des AVC dans le monde

Dr Irène Drogou
| 10.06.2016
  • avc

Pour la première fois, la pollution fait partie des 10 facteurs de risque principaux d'accident vasculaire cérébral (AVC) dans le monde, selon une étude internationale publiée dans « The Lancet Neurology ».

En analysant 17 facteurs de risque dans 188 pays, cette étude réalisée à partir des données de la Global Burden of Disease Study (1990-2013) révèle qu'environ un tiers des AVC est lié à la pollution de l'air, environnementale ou domestique. Les pays en développement sont les plus concernés, en particulier pour la pollution domestique.

Les autres facteurs de risque sont l'hypertension artérielle (HTA), une alimentation pauvre en fruits, un indice de masse corporelle (IMC) élevé, une forte consommation de sel, le tabagisme, une alimentation pauvre en légumes, la pollution environnementale de l'air, la pollution domestique liée aux combustibles solides, une alimentation faible en céréales complètes et riches en sucres.

Autre péril au Nord, la sédentarité

L'équipe dirigée par le Pr Valery Feigin estime que plus de 90 % des AVC sont liés à des facteurs de risque modifiables, la plupart comportementaux (74 %), comme le tabac, une mauvaise alimentation ou un manque d'exercice physique.

Si la pollution de l'air, le tabagisme, l'HTA et les facteurs diététiques sont des facteurs de risque plus importants dans les pays en développement, le manque d'activité physique apparaît comme un facteur de risque plus important dans les pays développés. 

À ce sujet, l'étude Cooper, publiée dans la revue « Stroke », montre, chez près de 20 000 sujets américains, qu'être en bonne forme physique à la cinquantaine diminue le risque ultérieur d'AVC. Les sujets du tertile ayant la meilleure fonction cardio-respiratoire (mesurée après course sur tapis roulant) à l'âge de 45-50 ans ont à l'âge de 65 ans un risque diminué de 37 % par rapport au tertile le plus bas. L'association est indépendante de l'HTA, du diabète de type 2 et la fibrillation atriale. « Le manque de forme physique est généralement ignoré comme un véritable risque pour les médecins », pointe le Dr Ambarish Pandey, cardiologue l'université du Texas à Dallas et principal auteur. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
DrJB Médecin ou Interne 11.06.2016 à 00h35

« L avenir va être la filtration de l air de nos habitacles. L air intérieur est parfois plus pollué avec l amélioration de l isolation nous vivons dans un espace confiné. L apparition de filtre à air Lire la suite

Répondre
 
RDZ Médecin ou Interne 10.06.2016 à 23h34

« Bon, et alors on en fait quoi de l'info????....
La suite au prochain numéro!!!.. ;) .. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 24

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 23

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter