Retrait de la proposition de loi des Républicains contre la fraude sociale

Retrait de la proposition de loi des Républicains contre la fraude sociale

Marie Foult
| 01.06.2016
  • sénat

Après un débat vif, la proposition de loi d’Éric Doligé (Les Républicains) contre la fraude sociale a finalement été retirée, à la suite des critiques à gauche, au centre, et de la part des associations d'aide aux démunis.

Cette proposition de loi (PPL) prévoyait de sécuriser davantage les conditions d'accès au RSA (revenu de solidarité active) et de remplacer la carte Vitale par une carte biométrique. Selon Éric Doligé, « le système de protection sociale, universel et généreux, est à bout de souffle ». Il souhaitait « tirer les conséquences des difficultés rencontrées en matière de lutte contre la fraude et améliorer les dispositifs en place ».

Mais avec l'accord de l'auteur de la PPL, le président de la commission des Affaires sociales Alain Milon (LR) a finalement proposé de retirer le texte de l'ordre du jour.

Stigmatisation des plus fragiles

La sénatrice Aline Archimbaud (groupe écologiste) a dénoncé une « nouvelle stigmatisation des plus fragiles ». Elle a reproché au texte de ne contenir « aucune disposition visant à améliorer l’accès aux droits »« La fraude sociale ne correspond pas seulement à la fraude aux prestations reçues par les personnes, mais aussi au non-paiement des cotisations sociales par les entreprises », a fait valoir la sénatrice.

Pour Gérard Roche (UDI-UC), cette proposition de loi était « inappropriée ». « Peut-être les réactions eussent-elles été moins violentes si le groupe UDI-UC, qui appartient à la majorité du Sénat, avait été associé à la préparation de ce texte », a-t-il observé.

Le rapporteur, Corinne Imbert (LR), a regretté de son côté que « l'objectif de cette proposition de loi ait été mal compris ».

Plusieurs associations, dont ATD Quart-Monde, Emmaüs France, la FNARS (Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale) et le Secours catholique, avaient estimé que cette proposition de loi allait renforcer la « suspicion » envers les plus précaires et les stigmatiser.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
jacques b Médecin ou Interne 01.06.2016 à 21h51

« Ah bon? Parce que ces "plus fragiles" Sic! seraient donc les fraudeurs?????
Je ne comprends pas bien...C'est que je n'ai que Bac plus 11 et des poussières!
Pour comprendre un Sénateur il semble Lire la suite

Répondre
 
jacques b Médecin ou Interne 01.06.2016 à 21h49

« Ah bon? Pa »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter