Nombre de séjours à l'hôpital : la France n'est plus le cancre de l'OCDE, selon la DGOS

Nombre de séjours à l'hôpital : la France n'est plus le cancre de l'OCDE, selon la DGOS

Anne Bayle-Iniguez
| 26.05.2016
  • HOP

    Nombre de séjours à l'hôpital : la France n'est plus le cancre de l'OCDE, selon la DGOS

Les établissements publics français ont réduit de façon très significative leur nombre de séjours à la faveur du virage ambulatoire, s'est félicitée mercredi la Direction générale de l'offre de soins (DGOS, ministère de la Santé), lors de la Paris healthcare week, événement annuel du monde hospitalier.

Selon les chiffres de l'OCDE, la France enregistrait 274 séjours pour 1 000 habitants en 2007 (calcul des sorties après hospitalisation complète), alors que la moyenne des 30 pays de l'OCDE étudiés se situait à 158. Ce chiffre plaçait alors la France en tête de tous les pays (juste derrière l'Autriche) pour le taux de séjours à l'hôpital (deux fois plus que l'Italie, les États-Unis, le Royaume-Uni, presque trois fois plus que le Japon...).   

Or, en 2013, les établissements de l'Hexagone n'enregistraient plus que 166 séjours pour 1 000 habitants, désormais très proches de la moyenne OCDE de 155. La DGOS explique cette réduction des séjours hospitaliers par des « réformes structurelles de long terme » menées depuis plusieurs années.

Progrès attendus sur la HAD

« Nous avons encore du chemin à faire sur le virage ambulatoire. La dynamique est amorcée mais loin d'être terminée, nuance Anne-Marie Armanteras-de Saxcé, nouvelle directrice de la DGOS. Des progrès peuvent être faits en hospitalisation à domicile, qui doit être substitutive à l'hôpital, et non complémentaire et en aval à un séjour hospitalier ».

Le ministère met en avant par exemple la démarche ambulatoire active du CHU de Nantes engagée depuis 2013 (ouverture du nouveau plateau technique médico-chirurgical, d'unité de chirurgie ambulatoire, d'un centre ambulatoire pluridisciplinaire de psychiatrie et d'addictologie, développement des hôpitaux de jours). « Au premier trimestre 2015, son taux d'ambulatoire a progressé de 11 % pour les hôpitaux de jour de médecine et de 18 % en chirurgie », salue la DGOS.      

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... Commenter

Interdiction de la cigarette au cinéma : Agnès Buzyn ne l’a « jamais envisagée »

tabac

Un début de polémique a eu lieu entre le cinéma français et Agnès Buzyn, vite déminée par cette dernière. Le mercredi 15 novembre, à... Commenter

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter