Chez le diabétique - Atteindre une PAS inférieure à 140 mm Hg est suffisant

Chez le diabétiqueAtteindre une PAS inférieure à 140 mm Hg est suffisant

Dr François Diévart
| 02.06.2016
Une méta-analyse d’essais thérapeutiques contrôlés démontre, une fois de plus, que la pression artérielle systolique (PAS) à atteindre chez le diabétique hypertendu traité doit être comprise entre 130 et 140 mm Hg mais pas en dessous de 130 mm Hg, seuil en deçà duquel la mortalité cardiovasculaire (CV) augmente. Un nouvel argument en faveur d’une courbe en J dans la relation entre PAS sous traitement et pronostic CV.
  • diabète

Deux principaux éléments avaient conduit, sans preuve d’un bénéfice réel, à proposer de diminuer la PAS des diabétiques de type 2 en dessous de 130 mm Hg : d’une part, le risque CV des diabétiques qui est plus élevé que celui des non-diabétiques et, d’autre part, l’existence d’une relation sans seuil entre les chiffres de PAS depuis une valeur de 115 mm Hg et le risque CV, mais ce, uniquement dans les études d’observation. Aucun essai thérapeutique contrôlé n’avait cependant démontré que l’atteinte d’une PAS inférieure à 130 mm Hg apporte un bénéfice supérieur à l’atteinte d’une PAS inférieure à 140 mm Hg. Plus encore, lorsque la recommandation d’atteindre une PAS inférieure à 130 mm Hg chez les diabétiques avait été faite, certaines analyses des essais montraient une tendance à un effet délétère en atteignant des cibles trop basses, sans que la cause puisse en être déterminée.

Et, ainsi, la plupart des recommandations thérapeutiques les plus récentes pour la prise en charge de l’hypertension artérielle ont proposé que chez les diabétiques de type 2, avec ou sans néphropathie, la cible de PAS sous traitement soit comprise entre 130 et 140 mm Hg.

 

Les apports d’une nouvelle méta-analyse

 

Une équipe suédoise a publié dans le British Medical Journal une méta-analyse qui renforce les conclusions des recommandations les plus récentes. Elle a fait une synthèse quantifiée de 49 essais thérapeutiques contrôlés ayant enrôlé 73 738 participants, tous diabétiques.

Sa caractéristique principale est d’avoir étudié le bénéfice clinique selon différents critères, d’un traitement antihypertenseur selon que la PAS des patients à l’inclusion était supérieure ou inférieure à 140 mm Hg. Elle montre qu’il y a un bénéfice (RR : risque relatif ; IC95 % : intervalle de confiance à 95 %) à diminuer la PAS lorsqu’elle est supérieure à 140 mm Hg sur les critères suivants : mortalité totale (0,87 ; 0,78-0,98), infarctus du myocarde (0,84 ; 0,76-0,93) et insuffisance cardiaque (0,80 ; 0,66-0,97) et il y a une augmentation de la mortalité CV lors de la diminution de la PAS lorsqu’elle est inférieure à 140 mm Hg (1,15 ; 1,00-1,32).

Quels que soient les critères étudiés (notamment et en sus, AVC et insuffisance rénale terminale), la tendance est la même, une tendance à la courbe en J : plus la PAS initiale est élevée, plus la probabilité d’un bénéfice à diminuer la PAS est importante, plus la PAS initiale est basse et notamment inférieure à 140 mm Hg, plus la probabilité d’un effet neutre voire délétère est importante.

 

La PAS optimale sous traitement chez le diabétique : entre 130 et 140 mm Hg

 

Associé à de nombreuses autres données, ce travail démontre donc, en l’état actuel de la science, qu’il n’y a pas de bénéfice, voire un possible effet délétère à vouloir diminuer la PAS en dessous de 130 mm Hg chez le diabétique hypertendu traité.

En d’autres termes, la PAS optimale sous traitement chez le diabétique est donc comprise entre 130 et 140 mm Hg.

Dunkerque

Brunström M, Carlberg B. Effect of antihypertensive treatment at different blood pressure levels in patients with diabetes mellitus : systematic review anda meta-analysis. BMJ 2016 ;325 :i717

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 5

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 2

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter