Perturbateurs endocriniens : des chercheurs démontent les arguments de la Commission européenne

Perturbateurs endocriniens : des chercheurs démontent les arguments de la Commission européenne

Dr Lydia Archimède
| 26.04.2016

Un groupe de 7 chercheurs indépendants issus d’universités et d’instituts de recherche de pays européens dont la France et américains*, démontent l'argument selon lequel il n'existe pas de consensus scientifique autour de la définition d'un perturbateur endocrinien (PE). Leur commentaire est publié dans la revue « Environmental Health Perspectives ».

Des critères attendus depuis 2013

L'argument est avancé par la Commission européenne qui, depuis près de 3 ans, doit fournir des critères d'identification des composés agissant comme perturbateurs endocriniens. La Commission a été condamnée par la Cour européenne de justice en décembre 2015 pour ne pas avoir fourni la définition attendue au plus tard fin 2013.

Selon l'OMS, un perturbateur endocrinien est « une substance ou un mélange exogène qui modifie la/les fonction(s) du système endocrinien (ou système hormonal) et qui, en conséquence, a des effets nocifs sur la santé d'un organisme intact ou de sa descendance, des populations ou des sous-groupes de population ». Une réunion de scientifiques les 11 et 12 avril à Berlin a confirmé le consensus autour de cette définition de 2002 de l'OMS.

De telles substances qu'on retrouve dans les plastiques, l'alimentation, les pesticides ou les cosmétiques perturbent le fonctionnement hormonal, peuvent donc entraîner des malformations congénitales et des anomalies du neurodéveloppement et pourraient favoriser le diabète et l'obésité.

Dans « Environmental Health Perspectives », les auteurs expliquent que l'approche utilisée pour identifier les cancérigènes ou les substances toxiques pour la reproduction devrait être employée pour les perturbateurs endocriniens. Elle aboutirait à un classement en 3 catégories : les « perturbateurs endocriniens », les « perturbateurs endocriniens suspectés » et les « substances endocrinologiquement actives » (catégorie incluant les substances qui affectent le système endocrinien sans qu'il soit prouvé qu'elles ont un effet nocif sur la santé).

Des lois toujours en suspens

« La Commission, en ne respectant pas ses obligations légales, retarde l'application de deux lois votées par le Parlement européen sur les pesticides (insecticides, herbicides, fongicides) et les biocides (désinfectants industriels, produits contre les nuisibles ou de protection du bois ou du cuir…) contenant des PE », a expliqué à l'AFP Rémy Slama (INSERM), l'un des chercheurs. « En se retranchant derrière une soi-disant absence de consensus scientifique, on instrumentalise la science et, par ce retard, on fait courir un risque sur la santé des Européens », ajoute-t-il.

De même, les chercheurs remettent en cause la nécessité, également mise en avant par la Commission, d'une étude d'impact préalable visant à mesurer les conséquences en termes de nombre de cas de maladies occasionnés, et le retentissement économique de la réglementation. « Cela créerait un dangereux précédent, dans la mesure où les études d'impact ne sont pas destinées à définir les dangers, mais à quantifier les effets de ces dangers et de la réglementation sur la santé, la société et l’économie », soulignent les chercheurs.

Quelques incertitudes

S'il y a incertitude, elle concerne, reconnaissent-ils, « les mécanismes fins et l'étendue exacte des effets des PE sur la santé et l'environnement ». De même le nombre exact de substances susceptibles d'être identifiées comme des PE n'est pas connu. « Parmi les centaines de substances qui sont a priori des PE, certaines sont des pesticides déjà interdits depuis longtemps, comme le DTT. Si la loi entrait en vigueur, il est probable que plusieurs pesticides ne seraient pas autorisés ou retirés du marché », précise Rémy Slama.

La Commission a promis de publier cette définition d'ici à l'été 2016.

 

* Rattachés à l’INSERM, à l’Université Grenoble Alpes, au CNRS, au Museum national d’histoire naturelle (France), au CHU de Liège (Belgique), à l’Université de Nottingham et l’Université Brunel à Londres (Royaume-Uni), à l’Université de Turin (Italie) et à l’Université du Massachusetts (Etats-Unis).

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
NIMBUS Médecin ou Interne 26.04.2016 à 23h46

« Pot de fer contre pot de terre, le civisme économique contre l'intérêt général
La santé de leurs homonymes humains est le cadet des soucis des industriels,
mais celui du médecin ,
l'industrie q Lire la suite

Répondre
 
Louloute Etudiant en santé 26.04.2016 à 20h46

« Etant donné les pour-parlers actuels de la Commission Européenne au sujet du Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA) on comprend que réglementer les PE soient retardé... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Malgré son potentiel, la télémédecine reste « embryonnaire »

cour comptes 2

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, la Cour des comptes formule plusieurs recommandations au sujet de la télémédecine*,... Commenter

Lévothyrox : des avocats toulousains lancent une action collective contre Merck

levothyrox

Défaut d’information et préjudice d’angoisse. Voilà les deux chefs d’accusation que trois avocats toulousains comptent plaider devant le... 2

Internat : l’ophtalmologie très prisée, la médecine générale et la gériatrie à la peine

choix de postes

7 977 étudiants en médecine (CESP inclus) en ont fini avec leur choix de spécialité d’internat et de CHU d’affectation. La procédure a pris... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter