Nouvelle cotation de l'IVG médicamenteuse : les gynécologues et obstétriciens libéraux enfoncent le clou

Nouvelle cotation de l'IVG médicamenteuse : les gynécologues et obstétriciens libéraux enfoncent le clou

Coline Garré
| 19.04.2016
  • ivg

Après les généralistes de MG France, les gynécologues et obstétriciens libéraux dénoncent le flou qui entoure la mise en œuvre pratique de la nouvelle cotation des interruptions volontaires de grossesses (IVG) médicamenteuses, depuis le 1er avril, en application de l'arrêté du 26 février 2016. Aux deux forfaits (honoraires de ville et médicament de ville) se substituent deux consultations de recueil du consentement et de suivi post-IVG, auxquelles s'ajoute le forfait lié à la délivrance du médicament, sans qu'il y ait de perte en termes de rémunération pour le médecin. 

Les éditeurs de logiciels n'ont pas tous opéré les mises à jour nécessaires. « Lorsque les médecins insèrent la carte Vitale dans le lecteur, ça ne marche pas », rapporte le Dr Lydia Marié-Scemama, présidente du syndicat des gynécologues et obstétriciens libéraux(SGOL), branche du Syndicat des médecins libéraux(SML), en se fondant sur les témoignages de confrères en région parisienne et dans les Bouches-du-Rhône. 

Les médecins recourent donc aux feuilles de soins papier. « Paperasserie ! Tracasserie administrative ! » dénonce le Dr Marié-Scemama, « d'autant plus qu'on ne sait pas si au final, les patientes seront remboursées, certaines caisses primaires d'Assurance-maladie n'ayant pas entériné en pratique la nouvelle cotation », poursuit-elle. 

Risque de retour en arrière pour les femmes

La présidente du SGOL craint un « retour en arrière pour les femmes », et un moindre choix en matière d'IVG. « Les femmes seront obligées de recourir à la chirurgie », alerte le Dr Marié-Scemama. 

Déplorant un manque d'information des médecins, le SGOL demande que syndicats, Assurance-maladie et direction générale de la santé (DGS) se mettent autour d'une table pour analyser les conséquences de l'arrêté. « On n'a pas été consulté sur ce sujet, qui aurait dû passer par la convention », regrette le Dr Marié-Scemama. Le SGOL réclame enfin l'adaptation de tous les logiciels et leur uniformisation sur toute la France.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
MARIE ODILE K Médecin ou Interne 21.04.2016 à 11h55

Ce ne sont pas les patientes qui ne sont pas remboursées, mais le médecin puisque maintenant on a obligation de pratiquer le 1/3 payant intégral pour les IVG ; cela fait donc près de 200 euros à Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 26

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 23

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter