Un chirurgien urologue poursuivi pour homicide involontaire après le décès d'un patient

Un chirurgien urologue poursuivi pour homicide involontaire après le décès d'un patient

Anne Bayle-Iniguez
| 18.04.2016
  • bourges

    Un chirurgien urologue poursuivi pour homicide involontaire après le décès d'un patient

Une enquête préliminaire a été ouverte sur un chirurgien urologue du centre hospitalier Jacques-Cœur de Bourges (Cher) après la mort d'Henry Latour, 60 ans, l'un de ses patients décédé au bloc opératoire le 14 janvier, à la suite d'une résection transurétrale de la prostate.

L'opération ne s'est pas déroulée dans des conditions normales, au regard du comportement du chirurgien urologue, aujourd'hui sous le coup d'une plainte pour « homicide involontaire » déposée le 3 mars par la famille d'Henry Latour auprès du Procureur de la République de Bourges. 

La lecture du compte rendu opératoire et du rapport adressés par l'anesthésiste à la direction de l'établissement apportent des premiers éléments. À 13 h 15, M. Latour, un « patient ne présentant aucune tare médicale ou chirurgicale » entre au bloc opératoire et subit une rachianesthésie « sans aucune difficulté ». Très courante, la résection transurétrale de la prostate consiste à retirer le tissu prostatique par l’urètre afin de réduire la taille de la prostate du patient.

 

Mécontent, excessif, agité…

 

À son entrée au bloc, le chirurgien urologue présente un « caractère agressif vis-à-vis du personnel », selon le rapport de l'anesthésiste. « Il est agité, en colère, il parle fort et exprime son mécontentement vis-à-vis du matériel mis à sa disposition : "c'est à nouveau du matériel de merde" », lit-on dans le même document. Sous rachianesthésie, le patient entend tout. L'équipe décide de l'endormir « en raison de l'ambiance tendue ».

Toujours selon l'anesthésiste, le praticien « excessif, agressif » pratique alors l'intervention en « enfonçant le résecteur à plusieurs reprises par les voies naturelles de façon brutale, réséquant l'intérieur de la prostate avec des mouvements d'aller et retour violents sans en faire l'hémostase ».

À 15 h 25, l'équipe prévient le chirurgien « à plusieurs reprises » : « le patient n'est pas bien, […] il faut soit arrêter l'intervention soit passer par voie haute ». À 15 h 41, le patient est en asystolie. Il décède à 16 h 09.

 

Une « boucherie indigne »

 

Pendant l'intervention, l'anesthésiste a constaté des « pertes de sang effroyables ». « Cette intervention était une véritable "boucherie" indigne de n'importe quel bloc opératoire », écrit-il.

Dans son compte rendu opératoire, le chirurgien constate aussi que « la résection a été très hémorragique ». Mais, contrairement à l'anesthésiste, il évoque un « effort considérable d'hémostase ».

La famille de M. Latour apprend le décès par le chirurgien, qui appelle la fille de la victime. « Il m'a dit que mon père était décédé d'un arrêt cardiaque, a indiqué Émilie Latour ce lundi à la presse. Il était calme. »

 

Soulèvement des anesthésistes

 

Quelques jours après le décès de M. Latour, le 22 janvier, le service d'anesthésie écrit une lettre à la direction pour dénoncer « les dérives professionnelles » du chirurgien « qui peuvent parfois exposer les patients à des risques graves ».

« Nous avons collectivement décidé de ne plus prendre en charge, au bloc opératoire, les patients du Dr X pour des raisons de compétences et d'aptitude mentale », écrivent les sept anesthésistes.

Pêle-mêle, ils regrettent « l'inexactitude des intitulés d'interventions avec rajout d'actes en cours de procédure en inadéquation avec le choix anesthésique, des durées opératoires en dehors des standards avec parfois poursuite des actes une fois l'anesthésie locorégionale levée […], des hémorragies peropératoires anormalement importantes. »

 

Sa fille réclame la vérité

 

Pour Me Philippe Courtois, avocat de la famille de la victime, le médecin et l'hôpital sont clairement responsables. « La direction d'établissement est en faute pour ne pas avoir fait un signalement au Procureur de la République, indique l'avocat. Ils ont attendu plus de six semaines, une fois l'affaire lancée. Il n'y a pas eu d'autopsie. On a fait croire à la famille que ce décès était une fatalité. »

Le comportement agressif du médecin est jugé incompréhensible. Mais nulle part, dans la lettre des anesthésistes, il n'est fait mention d'une quelconque addiction. 

L'agence régionale de santé (ARS) et l'Ordre des médecins ont été interpellés. Une enquête préliminaire est donc ouverte. Pour Me Courtois, le basculement en instruction est « inévitable ». Émilie Latour, sa fille, réclame « la vérité ». « Ce médecin a assassiné mon père. Je veux qu'il arrête d'exercer et qu'il aille en prison », a indiqué ce lundi la jeune femme, devant la presse.

« En 30 ans de carrière, le professionnalisme de mon client n'a jamais été remis en cause, a réagi Me Amélie Chiffert, avocate de l'urologue, citée par l'AFP. Il conteste formellement avoir fait preuve d'une quelconque hystérie, en revanche, ce jour-là, il y a eu un problème de matériel, il a demandé à avoir le bon ». L'avocate a dénoncé des « accusations opportunistes » et « très rapides », qui semblent révéler des « difficultés relationnelles » vis-à-vis du chirurgien.                                                                                                          

 

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 28 Commentaires
 
JLCB Médecin ou Interne 20.04.2016 à 19h53

«  De toute évidence, si on travaille avec du mauvais matériel, on arrête tout et on n'opère pas. Et on soulève la responsabilité de l'hôpital. »

Répondre
 
PATRICK C Médecin ou Interne 20.04.2016 à 11h15

Aie aie !!! Je lis Me Courtois, le co-auteur avec son papa du livre noir de la médecine ? Déjà, je me méfie de la qualité des arguments à charge qui vont être utilisés et de l'exploitation médiatique Lire la suite

Répondre
 
Louis W Médecin ou Interne 19.04.2016 à 22h28

« En attendant, il serait opportun que l'AFU fasse un commentaire dans la presse pour rassurer les patients sur le peu de risques de mortalité de la RTUP. Je vous assure que depuis hier, il devient p Lire la suite

Répondre
 
jean-jacques l Médecin ou Interne 20.04.2016 à 09h18

AFU ????
éviter les acronymes, s'il vous plait

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 20.04.2016 à 09h22

AFU : Association française d'urologie
RTUP : résection transurétrale de la prostate

Répondre
 
RDZ Médecin ou Interne 19.04.2016 à 22h22

« " Maitre Courtois sur son arbre perché tenait en son bec un Fromage..."
La Fontaine le savait déjà!!!
Pourquoi tant de Pub médiatique sur cette affaire???..
Maitre Courtois à RTL se doit!!!!!.... Lire la suite

Répondre
 
denis b Médecin ou Interne 19.04.2016 à 18h23

Dommage que ce chirurgien n'opère pas ses RTU AU LASER....

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter