IVG : l'Europe donne un carton rouge à l'Italie

IVG : l'Europe donne un carton rouge à l'Italie

15.04.2016

Saisi par la CGIL (Confédération générale italienne du travail), le premier syndicat transalpin en termes d’inscrits, le Conseil d’Europe vient d’affirmer que les « médecins italiens non objecteurs de conscience en matière d’avortement, sont victimes de discrimination sur leur lieu de travail ».

Dans son recours au Conseil d’Europe, le syndicat avait dénoncé entre autres, l’absence d’évolution de carrière et des surcharges de travail. « À titre d’exemple, une infirmière a refusé de nettoyer les instruments utilisés par un médecin qui venait de pratiquer une IVG », avait déclaré dans ce recours, le médecin gynécologue Silvia Agatone présidente de Laiga, l’association italienne des gynécologues libres. Inacceptable pour le Conseil d’Europe qui recommande aussi « la pleine application de la loi sur l’avortement ».

Risques pour la santé des femmes

Selon l’organisme européen, « le parcours des Italiennes est difficile en ce qui concerne l’accès aux services prévus pour les IVG dans le secteur public malgré la loi en vigueur ». Une situation a souligné le Comité européen des droits sociaux du Conseil d’Europe dans son rapport, qui porte préjudice aux femmes et comporte des risques en termes de santé. « Dans certains cas, les patientes sont obligées d’envisager un déplacement à l’étranger ou dans des structures alternatives. Certaines interrompent leur grossesse sans le soutien et le support des autorités sanitaires », a estimé le Conseil d’Europe. Selon un rapport publié l’été dernier, le taux de médecins objecteurs de conscience est supérieur à 80 % dans plusieurs régions italiennes.

De notre correspondante Ariel F. Dumont
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
MARC P Autre Professionnel Santé 15.04.2016 à 22h52

« Les femmes italiennes n'ont qu'à venir avorter en France. Tout est pris en charge à 100% et en tiers-payant. Et le gouvernement actuel se fera une joie de faire prendre en charge leurs frais de dépl Lire la suite

Répondre
 
paneuropean.care Dentiste 15.04.2016 à 22h01

« La liberté de conscience est un droit fondamental situé tout en haut de la hiérarchie des normes juridiques rappelé par la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat. L'objection de conscience Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter