Le Pr Benabid, as du Parkinson - Le cerveau du cerveau

Le Pr Benabid, as du ParkinsonLe cerveau du cerveau

17.03.2016
Prix Lasker en septembre 2014, « 2015 Breakthrough Prize » quelques semaines plus tard : couronné pour ses travaux portant sur la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson, le Grenoblois Alim-Louis Benabid franchit une nouvelle étape : l’illumination proche de l’infrarouge est testée dans la neuroprotection des neurones dopaminergiques.
  • image

    Le cerveau du cerveau

Les travaux de l’équipe d’Alim-Louis Benabid sont maintenant bien connus : la stimulation cérébrale profonde permet d’obtenir une réduction considérable des symptômes moteurs (tremblements, akinésie, rigidité) de la maladie de Parkinson.

L’intervention se déroule chez le patient éveillé : introduction transcrânienne de fines électrodes jusque dans la zone cérébrale cible (noyau sous-thalamique). Dans ces électrodes, on fait passer un courant électrique de fréquence variable. Quand ces courants sont suffisamment élevés (aux alentours de 100 MHz), cela bloque l’activité de la cellule qu’on stimule et diminue considérablement les symptômes.

La recherche d’une neuroprotection

Il faut savoir que, lorsque les premiers signes de la maladie de Parkinson apparaissent, 70 % des neurones dopaminergiques sont déjà détruits. Est-il possible d’obtenir une neuroprotection des 30 % restants ?
En collaboration avec l’équipe de l’Australien John Mitrofanis, le Pr Benabid (Clinatec, Grenoble) teste l’illumination proche de l’infrarouge (NIR). Pourquoi ? Parce que la photobiomodulation par NIR possède des propriétés neuroprotectrices (amélioration de la fonction mitochondriale, augmentation de la synthèse d’ATP, activation de photo-accepteurs).
Première phase : chez le rongeur. Les chercheurs ont montré, chez des souris MPTP, que le NIR protège les cellules dopaminergiques de la substance noire compacta, avec une amélioration de l’activité locomotrice.

Deuxième étape : chez le primate MPTP, la fibre étant introduite dans le fond du 3e ventricule et reliée à une fibre laser. On observe un effet positif comportemental qui semble corrélé au niveau histologique.
L’essai chez l’homme (Clinatec, Grenoble) a pour but de voir si, en début de maladie, l’illumination NIR permet d’obtenir une neuroprotection des 30 % de neurones encore vivants.

Dr Emmanuel de Viel
 
Pour en savoir plus : http://www.clinatec.fr/le-professeur-benabid-lacademie-des-sciences/
 
 
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter