Pendant la trêve, des médecins syriens se prennent à rêver...

Pendant la trêve, des médecins syriens se prennent à rêver...

01.03.2016

Pour les médecins et les soignants syriens aussi, l'entrée en vigueur, samedi 27 février, du cessez-le-feu (entre le régime de Bachar al-Assad et les rebelles) est synonyme de « trêve ». À Alep ou Damas, l'AFP a recueilli les témoignages de certains d'entre eux.

À Soukkari par exemple, quartier rebelle du sud d'Alep, le directeur de l'hôpital, Hamza al-Khatib, n'en revient pas. « Depuis deux jours, nous n'avons vu arriver aucun blessé par balle, aucune victime d'un bombardement, nous n'avons reçu que des malades "normaux", assure-t-il. Avant, ils n'osaient pas venir par peur d'être blessés en chemin, ou pire encore, estropiés à l'hôpital, car notre établissement a été à plusieurs reprises la cible de l'aviation ou de l'artillerie. »

Une chute dans un escalier : retour à des blessures banales

À Damas, la capitale syrienne sous contrôle gouvernemental, les médecins aussi sont plus détendus car ils n'entendent plus le bruit strident des sirènes d'ambulance. « Ce n'est un secret pour personne : on se sent psychologiquement soulagé, surtout aux urgences où la tension était à son comble quand les blessés arrivaient », confie un médecin de l'hôpital Al-Moujtahid, dans le sud de la ville.

« Aujourd'hui, nous avons reçu quelqu'un qui était tombé dans l'escalier, des victimes d'un accident de voiture, des cas qu'on avait oubliés tant nous étions focalisés par les blessés par des armes à feu ou les obus », ajoute-t-il.

Puis, visiblement détendu, il se met à rêver. « Si la trêve continue on aura peut-être l'opportunité de passer des vacances hors de l’hôpital. Je suis optimiste et j'aspire à retrouver la routine d'avant la guerre », soutient-il.

À Daraya, au sud-ouest de Damas, le calme règne en dépit des menaces de l'armée de frapper cette localité rebelle en l'excluant de l'accord de cessez-le-feu. « Bien sûr, nous sommes soulagés depuis l'annonce du cessez-le-feu car nous n'avons pas accueilli de blessés de guerre. Mais maintenant viennent nous voir des malades qui n’osaient pas sortir de leurs abris », raconte Diaa al-Ahmar, un médecin de l'unique hôpital. Il déplore aussi qu'« en dépit de la trêve, les gens continuent à mourir par manque d'équipements et de médicaments car la ville est assiégée » depuis trois ans.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Carabins et internes auscultent le plan Macron : de bonnes idées... et des risques !

paces

Ni carton rouge, ni chèque en blanc : les étudiants en médecine (ANEMF), internes (ISNI et ISNAR-IMG) et jeunes praticiens (chefs de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter