Zika : les échographies remboursées à 100 % pour les femmes enceintes touchées

Zika : les échographies remboursées à 100 % pour les femmes enceintes touchées

Dr Lydia Archimède
| 25.02.2016

En visite dans les départements français d'outre-mer, la ministre de la Santé a annoncé que les femmes enceintes touchées par le Zika en Guadeloupe, Martinique et Guyane pourront bénéficier d'échographies supplémentaires remboursées à 100 % par la Sécurité sociale.

Invitée de la radio privée Radio Caraïbe International (RCI) à Pointe-à-Pitre, Marisol Touraine a rappelé que les femmes enceintes de ces territoires constituaient sa « préoccupation principale » : « J’ai décidé de renforcer leur prise en charge. Elles pourront bénéficier d'échographies supplémentaires qui seront prises en charge à 100 % par la Sécurité sociale et sans avance de frais. »

Information des médecins

Afin de mieux informer les médecins et les aider à mieux répondre aux interrogations de leurs patients, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) met à leur disposition plusieurs documents : « Repère pour votre pratique » qui synthétise les informations connues sur l'infection ;

 

« l’infection à virus Zika chez la femme enceinte » spécifique à la grossesse. Un question-réponse est aussi disponible sur le site de l'institut. 

« L’infection à virus Zika est bénigne dans la grande majorité des cas mais présente des risques particuliers chez les femmes enceintes », souligne l'INPES. Le lien entre infection à virus Zika et anomalies du développement cérébral intra-utérin ou microcéphalies chez des fœtus et les nouveau-nés n'est pas scientifiquement démontré mais appelle à une « vigilance particulière » pour toutes les femmes enceintes ou susceptibles de l’être qui résident ou désirent se rendre dans une zone de transmission du virus Zika.

Il est recommandé de renforcer le suivi et la prise en charge des femmes enceintes exposées au virus. En cas de suspicion d’infection au virus Zika, la patiente doit être rapidement adressée en consultation obstétricale ou consulter rapidement un gynécologue de ville pour un bilan étiologique complet. En fonction des résultats, la surveillance échographique sera adaptée.

Quant au risque de transmission sexuelle, « devant l’incertitude, les mesures de prévention sont essentielles », rappelle l'INPES qui renvoie aux recommandations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Enfin, les professionnels de santé sont invités à « consulter régulièrement le site du ministère de la Santé, du Haut Conseil de la santé publique, de l’InVS et de l’INPES pour prendre connaissance des actualités relatives à l’infection à virus Zika compte tenu de l’évolution permanente des données ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Entaille dans la liberté d'installation : les petits hôpitaux préconisent une « obligation à servir » de 3 à 5 ans

liberte installation

Suppression partielle de la liberté d'installation, maillage renforcé du territoire en centres de santé… La Coordination nationale des... 13

Violences obstétricales : un collectif d'usagers appelle à la prise de conscience des soignants

maltraitance

Alors que le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes conduit toute une batterie d'auditions préalables à la publication, au... 5

Harcèlement sexuel : le Haut Conseil à l'égalité salue l'annonce du gouvernement d'un projet de loi en 2018

Weinstein

Procès de Pontoise sur le viol d'une mineure de 11 ans que le parquet qualifie « d'atteintes sexuelles », polémique Christine Angot après... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter