En Nouvelle-Zélande, un poste de généraliste à 240 000 euros n'attire personne

En Nouvelle-Zélande, un poste de généraliste à 240 000 euros n'attire personne

Sophie Martos
| 24.02.2016

Les médecins français ne sont pas les seuls à avoir du mal à trouver leur successeur ou collaborateur : les zones rurales de Nouvelle-Zélande, souvent très enclavées, peinent à attirer les jeunes praticiens. Le Dr Alan Kenny, médecin généraliste de 61 ans à Tokoroa (13 000 habitants), à 200 km de la capitale, recherche ainsi désespérément un jeune médecin assistant qui serait prêt à travailler avec lui pour, à terme, le remplacer, rapporte le quotidien « The New Zealand Herald »

Après avoir épuisé toutes les options classiques pour trouver un confrère et mandaté quatre cabinets de recrutement pendant deux ans, ce généraliste, débordé par sa charge de travail, a finalement posté une annonce sur la Toile afin de dénicher la perle rare. Sans succès pour l'instant... 

12 semaines de congés payés

 

L'offre est pourtant alléchante. Le Dr Kenny propose un salaire annuel de 240 000 euros – plus du double du salaire moyen d'un praticien néo-zélandais – pour 4 jours de travail et trois mois de congés payés.

Depuis quelques jours, avec la médiatisation de son histoire, il a certes reçu de nombreux appels, courriels ou lettres venant du Brésil, de Pologne, d'Inde, d'Afrique du Sud ou de France. Des candidatures écartées parce que les candidats ne parlaient pas anglais, n'avaient pas la formation requise ou ne souhaitaient pas s'installer durablement.

Un collaborateur est pourtant indispensable, explique le Dr Kenny au quotidien néo-zélandais. Son activité « explose » depuis plus d'un an, il accueille 43 patients par jour au lieu de 25, nombre moyen recommandé par le « Royal College of general practitioners » (collège de la spécialité). « L'année dernière, j'ai dû annuler mes vacances faute de remplaçants ; cette année, cela risque de recommencer », raconte-t-il.

Environ 37 % des postes de médecins ruraux étaient vacants dans le pays en 2014. « Auckland a l'école de médecine la plus importante et la plupart des étudiants qui la fréquentent sont issus de familles riches de cette région », regrette le Dr Kenny. « S'ils recrutaient davantage d'étudiants de zones rurales, ils pourraient venir ici. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Lyme : l'étude du Pr Caumes publiée dans « Clinical infectious Diseases » confirme un surdiagnostic et un surtraitement

lyme

Les résultats avaient été révélés en juin dernier lors des 19e Journées nationales de l’infectiologie (Nantes) : chez des patients... Commenter

PLFSS 2019 : médecins, hôpitaux, médicament, ce qu'il faut retenir

plfss

Agnès Buzyn et Gérald Darmanin ont présenté ce mardi le second budget de la Sécurité sociale (PLFSS) du quinquennat. L'Assemblée nationale... Commenter

AMP, recherche sur l'embryon et cellules-souches, génétique, le comité d'éthique propose de changer la loi

ccne

Le comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu ce 25 septembre sa contribution à la révision de la loi de bioéthique. L'avis 129... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter