« Heures sup » facturées en DE, « la seule solution pour s’en sortir » explique un médecin

« Heures sup » facturées en DE, « la seule solution pour s’en sortir » explique un médecin

Stéphane Long
| 13.02.2016
  • c 25

L’idée lancée par des médecins bretons fait son chemin. Depuis plusieurs semaines, le Dr Ivane Audo et ses confrères cotent un DE en dehors de la tranche horaire 9h-17h, correspondant aux heures d’ouverture de la Sécu. Une astuce qui leur permet de revaloriser le tarif de consultation bloqué à 23 euros depuis 2011. Et un pied de nez à tous ceux qui affirment que les médecins sont des salariés de la Sécu.

« C’est une idée qui plaît, reconnaît le Dr Hermann Neuffer. On en parle beaucoup entre nous et de nombreux confrères vont se laisser tenter je pense. » Installé à Bordeaux, le généraliste va bientôt franchir le pas. « Je me donne un peu de temps pour l’expliquer à ma patientèle, explique-t-il. J’ai une relation humaine avec eux, je ne veux pas leur imposer cela du jour au lendemain. »

Bien sûr, les dépassements seront appliqués avec « tact et mesure », et modulés en fonction des besoins et des ressources des patients.

Le généraliste a longtemps réfléchi avant de se décider. « Je travaille 60 heures par semaine, je n’ai plus le temps de faire quoi que ce soit en dehors de mon travail. Les tâches administratives s’accumulent. Ça ne peut pas continuer comme ça », raconte le Dr Neuffer. Pour lui, la trouvaille de ses confrères bretons est « la seule solution pour s’en sortir ».

La crainte des représailles

  

Le généraliste craint cependant les représailles de la CNAM, qui voit d’un mauvais œil cette initiative. Contactée par « le Quotidien », l’Assurance-maladie assure que « la démarche initiée par ces médecins est illégale et pénalise en premier lieu les patients. Une modulation du tarif est possible, mais en fonction des patients reçus et non de l'heure de la consultation ». En Bretagne où est née cette initiative, la caisse aurait déjà convoqué des patients pour préciser dans quelles conditions ces dépassements auraient été appliqués.

Pourtant, les malades ne seraient pas opposés à la méthode, « bien au contraire, confirme le Dr Neuffer. Ils sont très compréhensifs et ils voient bien que les tarifs de consultation ne sont pas à la hauteur du service rendu ». Par ailleurs, la plupart des mutuelles prendraient en charge les DE, selon les retours du Dr Ivane Audo auprès de sa patientèle.

La Sécu s’étonne par ailleurs de la démarche de ces médecins frondeurs alors que les négociations conventionnelles démarreront dans quelques jours avec, au menu, « la question des conditions d'exercice et de rémunération ». Réponse du Dr Neuffer, quelque peu désabusé : « Je n’attends plus rien des autorités. On a affaire à des gens qui ne réalisent pas les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

L'heure du coucher, un marqueur de bonne santé cardiovasculaire

coucher

Le travail à des horaires atypiques, travail de nuit ou travail posté, est associé à des risques avérés pour la santé, notamment... Commenter

Violences obstétricales : les recos de l'Académie face aux « pratiques humainement défaillantes »

violence obstetricale

Améliorer la formation des soignants quant à l'autonomie des femmes enceintes ou optimiser la prise en charge de la douleur en obstétrique…... Commenter

Des cellules souches osseuses découvertes chez l'homme

Os obtenu à partir de cellules souches osseuses

Ils les avaient dénichées chez le rongeur en 2015. Michael Longaker et son équipe de l’université Stanford viennent de découvrir, chez... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter