E-santé : les start-up en quête d'un modèle économique pérenne

E-santé : les start-up en quête d'un modèle économique pérenne

Sophie Martos
| 12.02.2016

Les jeunes entreprises d'e-santé peinent à trouver un modèle économique pérenne. Quelques semaines après le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, vitrine de ce secteur en expansion, Feetmet et Pharmageek ont témoigné de leur expérience lors d'une table ronde organisée par Ad Scientiam, à Paris.

Premier constat, le nombre de start-up françaises est en « constante augmentation », mais « le nerf de guerre reste le financement », analyse Lionel Reichardt, cofondateur de Pharmageek. « Il faut les aider à grandir », poursuit-il. La France avance, mais pas assez vite. Marisol Touraine, ministre de la Santé, a annoncé la création d'un fonds d'investissement de 340 millions d'euros dédié à l'innovation en santé. « Le NHS (système de santé publique britannique) en offre 800 millions, nous sommes encore loin », commente-il.

Pour un accès rapide au marché

Alexis Mathieu, cofondateur de Feetmet, une semelle orthopédique connectée visant à analyser la marche et anticiper des signes de neuropathie chez les patients diabétiques, estime que les jeunes start-up ont l'obligation d'accéder rapidement au marché. « Nous avons la volonté de faire des démonstrations cliniques avec les meilleurs praticiens dans les règles de l'art mais, en parallèle, on a aussi une réalité économique, explique-t-il. Tous les acteurs devront se mettre autour de la table pour définir un modèle économique pour un développement pérenne des entreprises. »

À terme, Alexis Mathieu espère que les dispositifs médicaux connectés seront remboursés par l'Assurance-maladie. « Dans la santé, on ne peut pas faire dans la vitrine, il faut faire des évaluations, des validations, des publications. (...) Les start-up ne peuvent pas se payer des validations sur quatre ou cinq ans comme les grands laboratoires. Les start-up ont besoin d'un accès rapide au marché, de vendre du volume et d'aller se faire référencer chez Darty et la Fnac , conclut Lionel Reichardt.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 13

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 5

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter