Avec des atouts toujours présents - La Tunisie en quête de renouveau

Avec des atouts toujours présentsLa Tunisie en quête de renouveau

Philippe Bourget
| 11.02.2016
Cinq ans après la Révolution de jasmin, le pays tente de relancer son tourisme mis à mal par les événements et les attentats. Au-delà des questions légitimes sur la sécurité, la Tunisie conserve des « fondamentaux » de nature à séduire les voyageurs : un climat ensoleillé, un artisanat unique, des plages, un désert et un accueil toujours souriant.
  • Tunisie 1
  • Tunisie 5
  • Tunisie 3
  • Tunisie 4
  • Tunisie 2

L’hiver n’a jamais été le temps fort du tourisme en Tunisie. Mais au moins voyait-on autrefois les seniors, qui venaient à Hammamet, Sousse ou Djerba profiter du soleil. Las, la révolution et surtout les attentats ont mis à mal le tourisme tunisien et les hôtels de Yasmine Hammamet font pâle figure en ce creux de la saison, fermés, et même pour certains à vendre. Le pays n’échappera pas à une remise en question de son modèle de développement touristique, s’il veut demain retrouver de l’allant et séduire de nouveaux visiteurs.

Car la demande a évolué. Les voyageurs souhaitent désormais un tourisme intimiste, plus au contact de la population et des terroirs, sans négliger une qualité qui fait parfois défaut dans des établissements balnéaires all inclusive, où le prix low cost a longtemps servi de seul argument. Cela s’appelle le « tourisme alternatif » et si certains y pensent depuis longtemps, les actes ont du mal à suivre les paroles. Ils sont freinés par une bureaucratie intraitable, le manque d’argent et d’investisseurs et, il faut bien le dire, par des priorités autrement plus urgentes, comme la recherche d’une stabilité gouvernementale et le retour d’une sécurité à long terme.

Car il est vital, aussi, que ce pays retrouve de la sérénité. Et qu’il ne soit plus la proie d’attaques terroristes dont les dernières – au musée du Bardo et à Sousse – ont clairement ciblé des touristes. À ces seules conditions, la confiance reviendra et la Tunisie pourra de nouveau communiquer sur des atouts qui n’ont pas disparu, loin s’en faut.

Village perché

Sidi Bou Saïd, un week-end d’hiver. La foule, exclusivement tunisienne, se presse dans les ruelles du village bleu et blanc, peut-être le plus beau du pays. Maisons chaulées, portes sculptées d’un bleu intense, volets azur… : perché au-dessus de la Méditerranée, à deux pas de Tunis, le bourg est un écrin qui fascine les Européens. Du café des Nattes à celui des Délices, on y vient pour siroter un thé à la menthe, acheter une ou deux babioles artisanales et s’émerveiller devant la beauté des palais, d’inspiration arabo-andalouse. Comme celui d’Ennejma Ezzahra, dit aussi palais du baron d’Erlanger. Dominant le port et la mer, il est l’œuvre de cet artiste (1872-1932), né en France, citoyen britannique, d’origine allemande, mariée à une Italienne. Peintre, mélomane et collectionneur, il fit appel aux meilleurs artisans tunisiens pour travailler le marbre, le bois, le stuc. Les objets d’art exposés, tapisseries persanes, bijoux, porcelaines chinoises…, sont d’une richesse inestimable. En prime, le palais abrite une exposition permanente d’instruments de musiques traditionnels tunisiens.

Phéniciens et Romains

Proche de Sidi Bou Saïd, Carthage, classé au patrimoine mondial par l’Unesco, pourrait être aussi l’une des attractions majeures du tourisme tunisien. Mais l’intérêt des sites carthaginois et romains, déjà mis à mal par l’Histoire, est fragilisé par un déficit sérieux de mise en valeur, qui fait peine à voir. Dommage, car du tophet (ancien lieu de culte) aux thermes d’Antonin, en passant par le parc des villas et les citernes romaines, il y aurait tant à dire.

Tunis offre en temps normal une animation nettement plus survoltée. Ses souks, parmi les plus grands du Maghreb – et moins touristiques que ceux de Marrakech –, sont un bonheur pour qui aime se perdre dans les dédales commerçants nord-africains, organisés ici en quartiers de corporations. Textile, chaussures, épices, cuivre, bijoux, cuirs, parfums…, le choix est infini et permet de laisser libre cours à cette spécificité typiquement arabe : le marchandage. Au passage, mosquées (dont la Zitouna, la plus grande de la capitale), tourbets (mausolées), hammams, palais et centres d’art complètent la plongée dans ce monde musulman dépaysant. S’y ajoute le plaisir de dégustations gastronomiques (couscous, gargoulettes, poissons), comme au restaurant Dar Belhadj (rue des Tamis), typique et succulent, avec son patio et de ses galeries.

Au sud du cap Bon, péninsule gorgée de vignes et d’oliviers, se trouve la côte touristique, saturée d’hôtels. On peut ne pas aimer cet alignement sans fin d’établissements balnéaires, bâtis autour d’îlots commerciaux artificiels, telle la fausse médina de Yasmine Hammamet. Mais certaines enseignes offrent des prestations qui valent largement le séjour, associant plaisirs de la plage et qualité des soins de thalasso. D’autres préféreront, au sud, l’aventure du désert tunisien, à partir de Tozeur ou de Matmata. La Tunisie ne manque pas d’arguments. Il lui reste à retrouver la sérénité et l’envie de se vendre « autrement ».

 

 

 

 

En complément de l’article

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 13

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 5

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter