Hôpital : vif émoi des médecins face au projet de décret sur les GHT

Hôpital : vif émoi des médecins face au projet de décret sur les GHT

Anne Bayle-Iniguez
| 09.02.2016

En application de la loi de santé, le projet de décret sur les futurs groupements hospitaliers de territoire (GHT) continue de provoquer des remous parmi les praticiens hospitaliers, qui redoutent une organisation administrative autoritaire au détriment des médecins de terrain.

Après Avenir hospitalier et la CPH (réunis sous la bannière Action praticiens hôpital), c'est au tour de la centrale SNPHAR-e et des gynécologues-obstétriciens du SYNGOF de tirer la sonnette d...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commenter 5 Commentaires
 
Sans ROSP Médecin ou Interne 10.02.2016 à 18h11

Il va rester médecins formateurs, médecins experts, médecins audiovisuels, e-médecins ,
Medecins salariés des assurances en tous genres , médecins Esthétiques, Medecins des EPAD... Et médecins sans Lire la suite

Répondre
 
jacqueline G Médecin ou Interne 10.02.2016 à 16h56

Comment coincer les médecins. On achève la médecine libérale et on contraint la médecine publique .. le début de la fin .

Répondre
 
MIREILLE C Médecin ou Interne 10.02.2016 à 16h20

Le SNPHAR-e prévoit la fuite des hospitaliers : mais où ? Pas en libéral dont personne ne veut plus !! Alors dans les Agences d'état, dans les caisses de SS, dans les mutuelles ? Le système est mort !

Répondre
 
SURAS Médecin ou Interne 10.02.2016 à 14h15

Et ce n'est pas fini ! Quid des contrats des futurs médecins hospitaliers ?
Il n'y a aucune raison d'accepter, surtout en période de pénurie.

Répondre
 
Jean G Médecin ou Interne 10.02.2016 à 00h18

D'un côté les PH doivent exercer sur plusieurs sites, de l'autre on veut contraindre à l'installation dans les déserts médicaux...Les vocations vont se faire rares....

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... 1

Stages en cabinet, exonération de charges, bus médicalisés... : le SML délivre son ordonnance contre les déserts

Après la prise de position d'Agnès Buzyn contre la coercition à l'installation, le SML se réjouit du pragmatisme ministériel. Le syndicat... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter