Internat de médecine générale : l'ISNAR-IMG et son nouveau président réclament un stage en pôle mère-enfant hors de l'hôpital

Internat de médecine générale : l'ISNAR-IMG et son nouveau président réclament un stage en pôle mère-enfant hors de l'hôpital

Sophie Martos
| 08.02.2016
  • ISNAR Patron

L'Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) a élu à sa présidence Yves-Marie Vincent, ce week-end, lors de son congrès à Strasbourg. L'interne en 3e année à Bordeaux de 29 ans succède à Trystan Bacon qui avait pris ses fonctions en juin dernier.

Après l'annonce de Thierry Mandon, secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur, du maintien à trois ans du futur DES de médecine générale (cet internat comprenant au moins deux stages en ambulatoire), le nouveau président entend poursuivre les efforts sur la maquette de la spécialité.

Le respect du temps de travail, autre priorité

L'ISNAR-IMG souhaite qu'un stage autonome en soins primaires ambulatoires supervisé (SASPAS) soit obligatoire pour les internes en médecine. « Le SASPAS est facultatif aujourd'hui, à cause du manque de maîtres de stage », précise Yves-Marie Vincent au « Quotidien ». Le syndicat des internes de médecine générale se positionne également en faveur d'un troisième stage pendant l'internat en pôle mère-enfant en dehors de l'hôpital. « Pendant ce stage, la prise en charge serait axée sur l'enfant, la femme enceinte au sein de centres de protection maternelle et infantile (PMI) ou chez des généralistes présentant des exercices orientés vers la gynécologie ou la pédiatrie », précise-t-il.

Yves-Marie Vincent a rappelé que le respect et l'application du décret sur le temps de travail des internes (48 heures par semaine au maximum) est toujours l'une des priorités du syndicat, de même que la participation des internes aux gardes libérales dans le cadre de la permanence des soins (PDS). Le nouveau patron de l'ISNAR-IMG entend « défendre ses propositions sur la formation » jeudi, lors de la grande conférence de la santé qui se tiendra à Paris.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
Scalex Médecin ou Interne 09.02.2016 à 18h12

Pour moi, c'est études de Médecine de 18 à 20 ans, puis "autre chose" de 20 à 26 ans, puis re-études de Médecine de 26 à 31 ans, puis installation. Aujourd'hui, aucun regret d'avoir connu "autre Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 09.02.2016 à 20h37

« Moi de 17 ans 3/4 à 26 ans 1/4, thèse comprise, en étant salariée temps partiel (de moins en moins partiel au fil du temps) à partir de 19 ans (donc pas de vacances et encore moins de voyages - et m Lire la suite

Répondre
 
lydia l Etudiant en santé 18.02.2016 à 19h22

« Oui c'est cela étroitesse d'esprit :) »

Répondre
 
Catherine L Médecin ou Interne 08.02.2016 à 20h20

« Ben 2 fois... C est pas si rare ni une tare... »

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 08.02.2016 à 22h16

« Ben... si... un peu... quand même... Et ça fait pas plutôt 3 redoublements, ça ? si j'avais eu 3 ans d'internat MG, je les aurais bouclés à 26 ans, pas 29... »

Répondre
 
Grégory C Médecin ou Interne 09.02.2016 à 18h42

Et vous persistez, cultivée peut-être ; étroite d'esprit, certainement...

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 08.02.2016 à 20h10

« Interne de 3e année à 29 ans ? Il a redoublé combien de fois ? »

Répondre
 
lydia l Etudiant en santé 09.02.2016 à 16h21

Ce monsieur peut avoir commencé des études de médecine après avoir fait un master par exemple. Certains s'adonnent aux voyages, découvrir le monde permet de grandir même si on finit tard ses études. Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 09.02.2016 à 17h19

Question culture, je vais très bien merci. En revanche, je n'aurais clairement pas eu les moyens ni de prolonger mes études, ni de flâner en route.

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter