Le système de santé français à la loupe critique du « New England »

Le système de santé français à la loupe critique du « New England »

Marie Foult
| 05.02.2016

La prestigieuse revue américaine « The New England Journal of Medicine » consacre un article complet au système de santé français, daté du 4 février.

Monika Steffen, chercheuse au CNRS, spécialistes des politiques de santé, y souligne que « la France est connue pour la qualité et la générosité de son système de santé, classé premier par l'OMS en 2000. L'Assurance-maladie couvre toute la population et toutes les dépenses pour les maladies sévères ou chroniques, les médecins peuvent choisir le traitement le mieux adapté à leurs patients, même très coûteux. »

Indépendance des médecins, dépenses élevées, déficits...

Le système de santé français, insiste le NEJM, est régi par la notion de service public, basée sur plusieurs principes : égalité de traitement de tous les patients, déontologie de la profession médicale, indépendance des médecins, dévouement exclusif envers les besoins et intérêts de leurs patients. « Mais cela donne lieu à un usage très important du système de santé, et à des dépenses très élevées. »

Face au déficit chronique de l'Assurance-maladie et aux dettes des hôpitaux publics, « il faudrait une économie plus performante ou des changements structurels dans le financement du système de santé – des changements qu'aucun gouvernement n'a osé faire », tacle l'article.

Le NEJM met l'accent sur la dualité originale de l'offre de soins – publique et privée – dans l'Hexagone. Les soins sont ainsi dispensés par des hôpitaux, des cliniques, des établissements privés à but non lucratif et par le secteur ambulatoire. Côté payeurs, le système repose aussi sur deux jambes puisque « les assurances complémentaires sont devenues un outil politique important pour aider au financement de nouvelles politiques de santé », relève l'article.

Les hôpitaux, point d'entrée pour tous

Ce « patchwork » de la santé rend la coordination des soins plus difficile. Ainsi, relève l'article, les médecins libéraux, payés quasi exclusivement à l'acte, ont relativement peu d'incitations à s'engager dans la coordination des soins et le partage de données.

Parallèlement, l'existence d'un reste à charge parfois élevé pour le patient, l'obligation d'avancer les frais et la répartition inégale des soins ambulatoires sont des barrières à l'accès aux soins, peut-on lire. De ce fait, « les hôpitaux publics restent un point d'entrée pour tous, pour les plus pauvres, qui utilisent les urgences pour éviter les contraintes financières du secteur ambulatoire, et pour des consultations très spécialisées ».

Malgré les nombreuses réformes des dernières années (T2A, médecin traitant, incitation aux génériques, CMU, agences régionales de santé...), la situation du système ambulatoire reste le principal « défi non résolu », explique l'article. « Les petits hôpitaux ferment, la répartition des médecins entre ville et campagne a empiré, malgré les incitations à y ouvrir des maisons de santé », détaille le NEJM.

La France, ajoute la revue, fait face à un problème chronique de démographie médicale. Les deux tiers des étudiants en médecine sont désormais des femmes, et cette nouvelle génération ne semble pas vouloir s'installer dans des zones rurales.    

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 07.02.2016 à 10h29

« Les Américains connaissent très bien la CMU et L'AME
et en profitent bien ! Il y a quelques mois une patiente BCBG , adressée par un institut de cancérologie Parisien, vient me voir pour me demande Lire la suite

Répondre
 
thierry c Médecin ou Interne 06.02.2016 à 23h49

Terr

Répondre
 
hérodottt Médecin ou Interne 05.02.2016 à 22h01

«  L’article touche, sans le nommer, le TPG et l'avance des frais.
Le problème du TPG n'est pas son principe, mais que l'état est législateur et payeur et il établit les tarifs en dessous de la valeu Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 05.02.2016 à 21h19

«  "les plus pauvres (, qui) utilisent les urgences pour éviter les contraintes financières du secteur ambulatoire" Zont pas entendu parler de la CMU ni de l'AME, les Américains ??? Doivent pas imagin Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
evenement
Focus

Après le rapport de l'Académie de pharmacie Abonné

Faut-il craindre la multiplication des autotests en accès libre en pharmacie et sur Internet ? Un rapport récent de l'Académie de pharmacie estime que seulement 3 autotests, sur les 13 disponibles, présentent un intérêt clinique pour l'orientation diagnostique des patients. Le « Quotidien » a interrogé les sociétés savantes qui, dans l'ensemble, craignent le manque d'information et le risque que... Commenter

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 4

Compensation de la hausse de la CSG pour les médecins : ce que prévoit le nouveau projet d'avenant

negos

Outre la télémédecine, la troisième séance de négociations conventionnelles, jeudi, a abordé la question de la compensation de la hausse de... 17

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter