L'épilation définitive réservée aux médecins ? Les esthéticiennes fixées sur leur sort en mars

L'épilation définitive réservée aux médecins ? Les esthéticiennes fixées sur leur sort en mars

20.01.2016
  • Epilation

L'épilation définitive est-elle le précarré des médecins ? Plusieurs syndicats de professionnels de la santé ont cité mardi à comparaître des enseignes et franchises d'esthétique pour «  exercice illégal de la médecine  » au tribunal correctionnel de Paris.

Que fera-t-on « lorsqu'on aura un œil ou un sexe brûlé ? », s'est interrogé au cours de l'audience Me Alexandre Varaut, représentant de syndicats de médecins et de la SARL Docteur Debray.

« C'est illicite de pratiquer l'épilation par lumière pulsée quand on n'est pas médecin », a défendu l'avocat.

« Fournir les moyens de commettre une infraction c'est se rendre coupables », a ajouté Me Varaut, pointant du doigt l'activité des franchiseurs d'esthétique.

La pratique de l'épilation est encadrée par un arrêté de 1962 qui prévoit que « tout mode d’épilation est un acte médical, sauf l'épilation à la pince ou à la cire »

Depuis plusieurs années, nombre de centres de beauté ont développé une offre d'épilation à la lumière pulsée, méthode connue pour freiner la repousse du poil à moyen voire long terme.

Des précédents judiciaires

Pour un des avocats de la défense, Me David Simhon, « c'est un procès politique initié par un médecin, président d'un syndicat médical, contre d'autres qui sont eux présidents de syndicats dans l'esthétique »

« Les médecins ne pratiquent pas l'épilation à la lumière pulsée mais au laser », a plaidé la défense.

« La société commerciale qui nous a tous cités à comparaître fait un chiffre d'affaires de plus de 3 millions d'euros », a-t-elle estimé. « Il ne s'agit pas de défendre la santé publique mais un intérêt économique », voire « un monopole », a soutenu la défense.

Me David Simhon a annoncé vouloir attaquer à son tour la partie civile pour « abus de citation à comparaître » et réclamé la relaxe, ainsi que 30 000 euros par partie civile pour chacun de ses clients au titre du préjudice subi.

Le procureur s'en est remis à l'avis du tribunal, qui rendra son délibéré le 15 mars. Ce n'est pas la première fois que la justice est saisie d'une procédure dans le domaine de l'épilation définitive. En décembre, le tribunal correctionnel de Lorient (Morbihan) a condamné cinq esthéticiennes poursuivies par des médecins pour « exercice illégal de la médecine ». 

Elles avaient été condamnées à verser un euro à chacun des six plaignants pour le préjudice subi et s'étaient vu confisquer leur matériel.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Sécurité sociale : le gouvernement s'apprête à annoncer le retour à l'équilibre pour 2019

plfss

Détaillé ce mardi par Agnès Buzyn et Gérald Darmanin, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 devrait donner... 2

Pour la première fois, des paraplégiques marchent grâce à la stimulation électrique épidurale

paraplegique marche

Par un incroyable hasard du calendrier, où plus vraisemblablement une volonté de ne pas être le second à publier, 2 articles publiés ce... Commenter

Live chatAMP, fin de vie, génétique... Quels enjeux pour les médecins ? Posez vos questions au Pr Delfraissy

Pr Delfraissy

La France s’apprête à réviser ses lois de bioéthique pour prendre en compte les progrès scientifiques et les évolutions sociétales. Le...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter