« Bienvenue à l’hôpital », le livre qui donnerait (presque) envie d’y aller

« Bienvenue à l’hôpital », le livre qui donnerait (presque) envie d’y aller

Henri de Saint Roman
| 12.01.2016
  • « Bienvenue à l’hôpital », le livre qui donnerait (presque) envie d’y aller - 1

C’est un livre au format modeste (18 x 11 cm), au prix modique (6,90 euros), mais qui vaut son pesant de bonne humeur. « Bienvenue à l’hôpital », (Ed. Jungle) a été rédigé par deux auteurs (Sylvia Kahn et Laurent Storck) qui ne sont ni médecins, ni infirmiers... ni d’ailleurs très patients ! Car ce livre fourmille de bonnes raisons de sortir au plus vite de ce lieu étrange qu’est l’hôpital. « Il faut être complètement malade pour y aller », assurent-ils d’ailleurs.

Sylvia Kahn et Laurent Storck ont cependant pour l’hôpital les yeux de Chimène. Mais une Chimène à la vision acérée. Organisé en courtes séquences, presque en sketches, le livre aborde un à un tous les épisodes d’une hospitalisation réussie (ou pas). Quelques atouts pour que tout se passe bien ? Les auteurs proposent en vrac : avoir un ami médecin, être riche (pour avoir une chambre individuelle), être en bonne santé (mais c’est rare à l’hôpital, reconnaissent-ils), ne pas aimer la vue sur la mer, ou encore aimer le bruit des portes qui claquent.

Dédramatiser l’hospitalisation

Vous devez vous faire opérer ? Les auteurs vous ont préparé une check-list. « Si l’on doit vous prélever un organe, préviennent-ils, vérifiez que tout le monde est d’accord sur son nom et son emplacement ». Ils conseillent aussi de vérifier qu’on vous écoute bien quand vous parlez, et qu’on vous croit... Enfin, au moment de la piqûre qui doit vous mener dans les bras de Morphée, ils mettent en garde : « Commencez à compter... Si vous atteignez 10, c’est que votre anesthésiste n’a pas eu son diplôme, en tout cas pas celui d’anesthésiste. »

Après, vient le problème de la cicatrice. Comment éternuer sans qu’elle ne s’ouvre ? Impossible, semblent juger les auteurs, qui penchent donc pour la « technique Gandhi » : « Se boucher le nez en éternuant afin de ne faire aucun bruit, puis recoudre soi-même la cicatrice qui a craqué sous l’effet de la pression. »

Bref, un petit livre à offrir à un proche hospitalisé, qui l’aidera sans doute à dédramatiser la situation.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
guedel Médecin ou Interne 01.02.2016 à 17h04

A propos de la situation préoccupante des Hôpitaux français ;

Les récents évènements survenus à l’hôpital européen Georges-POMPIDOU, phare de la médecine hospitalière française, m’inspirent ces Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... 2

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

« Le médecin est le premier vecteur d'information sur la vaccination, avant Internet », selon Santé publique France

vaccin

Santé publique France (SPF) publie dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») la partie de l'enquête Baromètre santé 2016... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter