Trafic de Subutex en Moselle : deux ans de prison avec sursis pour le médecin

Trafic de Subutex en Moselle : deux ans de prison avec sursis pour le médecin

11.01.2016
  • subutex

Un médecin mosellan accusé d'avoir alimenté un trafic de Subutex, un substitut à l'héroïne, a été condamné ce lundi à Sarreguemines à deux ans de prison avec sursis et deux années d'interdiction d'exercer son métier, a-t-on appris auprès de son avocat.

Le Dr Jacques Furlan, médecin généraliste et ancien maire de la ville de Hombourg-Haut, avait été mis en examen en octobre 2013. L'enquête avait établi qu'il avait prescrit de fin mars 2011 à avril 2013 près de 25 000 ordonnances de Subutex à quelque 285 patients.

Lors de l'audience fin novembre devant le tribunal de Sarreguemines, la procureur avait requis à l'encontre du sexagénaire trois ans de prison dont deux avec sursis, 50 000 euros d'amende et l'interdiction d'exercer son métier. Marion Freitag avait alors fait valoir qu'« en distribuant du Subutex à des patients qui n'en ont pas besoin, on alimente un réseau ».

« Je ne peux pas mener moi-même une enquête » sur chaque patient, avait rétorqué le médecin, assurant n'avoir « jamais eu (...) une intention de frauder la Sécurité sociale ».

« On veut que je serve d'exemple et que les autres médecins aient peur et ne prescrivent plus de Subutex », avait-il alors déploré.

Appel

Son avocat, Me Dominique Rondu, a indiqué à l'AFP qu'il envisageait de faire appel de l'interdiction d'exercer de deux ans à compter du jugement, qui vient s'ajouter aux deux année passées sans exercer, depuis la mise en examen du Dr Furlan.

Un pharmacien, qui avait comparu aux côté du médecin, a été relaxé.

L'Ordre des médecins s'est vu attribuer un euro de dommages et intérêt, ce qu'il avait demandé, a précisé son avocat, Me Stanislas Louvel, satisfait de la « reconnaissance de culpabilité » qu'établit ce jugement.

Le Subutex est dans la ligne de mire de l'Académie de médecine, qui a demandé en juillet aux pouvoirs publics de prendre des mesures pour renforcer la lutte contre ce médicament « recherché avec avidité par les héroïnomanes ».

Facilement accessible sur simple prescription, il donne lieu à un trafic qui coûte, selon elle, près de 250 millions d'euros par an aux organismes payeurs comme la Sécurité sociale.

C.D. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Christophe LAMARRE Médecin ou Interne 12.01.2016 à 10h49

J'espère que cette énorme peine, qu'elle soit justifiée ou pas, là n'est pas mon propos ici (ainsi que sa médiatisation, voir aussi l'article dans le journal LIBÉRATION notamment) permettra d'ouvrir Lire la suite

Répondre
 
gerard d Médecin ou Interne 12.01.2016 à 10h45

On ne voit pas bien quelle défense possible...

Répondre
 
Pharmaplus Pharmacien 11.01.2016 à 20h38

« Le trafic de subutex ne date pas de maintenant.
Je suis étonné que l'on ne fasse pas plus d'enquêtes.
Les toxicos se paye de la came avec le trafic; La sécu (donc nous) devrait sévir plus. »

Répondre
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 11.01.2016 à 20h33

« 2 ans de sursis, 2 ans d'interdiction d'exercice, 50k€ d'amende (25000 ordonnances x 23€ la consultation, c'est toujours rentable...), mais pas de peine d'inéligibilité ! Dans la politique, on a une Lire la suite

Répondre
 
eteldoc Médecin ou Interne 11.01.2016 à 20h10

« 25.000 ordonnances en 100 semaines, ça en fait quand même 250 par semaine, 50 par jour si semaines de 5 jours, ça fait quand même beaucoup !!! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... Commenter

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 1

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter