La part génétique dans la survenue des cancers serait de 33 %

La part génétique dans la survenue des cancers serait de 33 %

06.01.2016

Une étude publiée dans le « JAMA » (Journal of the American Medical Association) a permis de quantifier l’influence de la génétique dans la survenue des cancers. Pour la première fois, les résultats montrent que lorsque deux jumeaux sont atteints de cancer, ils ne développent souvent pas le même type de cancer, ce qui, selon les auteurs, suggère que certaines familles ont un risque accru de cancer quel qu’en soit le type partagé par tous les membres.

« Des études antérieures avaient permis des estimations du risque et de l’héritabilité pour les cancers les plus courants - sein, prostate et côlon -, mais pour les cancers rares, les études étaient trop petites, ou le temps de suivi trop court, pour être en mesure d’identifier une héritabilité ou un risque familial », a précisé le Pr Lorelei Mucci, un des auteurs de l’étude.

Un étude auprès 200 000 jumeaux

Les chercheurs ont examiné les données de plus de 200 000 jumeaux monozygotes (80 000) et dizygotes (120 000) au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède. Les participants ont été suivis pendant une période médiane de 32 ans, entre 1943 et 2010.

Un cancer a été diagnostiqué chez les deux jumeaux dans 3 316 cas. La tumeur était similaire chez 38 % des vrais jumeaux et 26 % des jumeaux fraternels. Lorsqu’un des deux jumeaux dizygotes est diagnostiqué d’un cancer, son frère jumeau a un risque accru de 37 % de développer également une tumeur cancéreuse.

Parmi les jumeaux identiques, le surrisque atteint les 46 %.

Un surrisque a été observé pour 20 des 23 cancers étudiés. Le risque est particulièrement élevé pour le cancer des testicules : le risque est 12 fois plus élevé pour un faux jumeau et 28 fois plus important pour un les monozygotes. L’étude indique également que le risque d’héritabilité du cancer est globalement de 33 % avec des différences selon les cancers : 58 % pour le mélanome, 57 % pour le cancer de la prostate, 39 % pour l’ovaire, 38 % pour le rein, 31 % pour le sein et 27 % pour l’utérus.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
eve b Dentiste 06.01.2016 à 20h36

« Donc, si je comprend bien; les deux tiers des cancers restants ont exclusivement des causes environnementales ou comportementales...donc modifiables et évitables »

Répondre
 
PATRICIA E Médecin ou Interne 08.01.2016 à 20h00

Eh bien oui cqfd

Répondre
 
JEAN-PIERRE L Médecin ou Interne 07.03.2016 à 17h41

OUI MAIS POUR LE TABAC LE RISQUE EST DE 0 CHEZ LES NON FUMEURS QU'ILS AIENT UN "RISQUE GENETIQUE " OU NON ;DONC EVITABLE DANS LES DEUX CAS; IL Y A LONGTEMPS QU'ON SAVAIT QUE TOUS LES FUMEURS NE Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... Commenter

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter