Du changement dans les expertises médicales judiciaires : les PH dénoncent une « arnaque »

Du changement dans les expertises médicales judiciaires : les PH dénoncent une « arnaque »

06.01.2016
  • Du changement dans les expertises médicales judiciaires : les PH dénoncent une « arnaque » - 1

    Du changement dans les expertises médicales judiciaires : les PH dénoncent une « arnaque »

La parution d’un décret au « Journal officiel » excluant les médecins experts judiciaires de la liste des collaborateurs occasionnels de service public (COSP) mécontente les cinq intersyndicales* de praticiens hospitaliers, qui dénoncent ce mercredi une « arnaque » dans un communiqué commun.

Jusque-là, les PH pratiquant des expertises étaient salariés de la justice et donc rattachés au régime général. Le décret supprimant ce rattachement, les PH se retrouvent inscrits mécaniquement au régime des indépendants, et doivent assumer une partie des charges (URSSAF, retraite).

« Cette disposition ne s’accompagnant d’aucune mesure de revalorisation du tarif des expertises judiciaires, déjà fixé à un niveau ridiculement bas en ce qui concerne le pénal, équivaut à une diminution drastique de leurs revenus », déplorent les cinq centrales syndicales. « On estime que 40 % de la valeur de l’expertise sera perdue par ce changement de régime », précise au « Quotidien » Jacques Trévidic, président de la CPH.

Psychiatres, médecins légistes et autres spécialistes concernés

Selon les PH, le ministère de la Justice a décidé d’exclure les médecins experts judiciaires de la liste des collaborateurs occasionnels de service public pour des raisons purement financières, et non pour les raisons morales invoquées. « Les arguments juridiques avancés sur l’incompatibilité entre la nécessaire indépendance de l’expert vis-à-vis du magistrat et un statut de salarié reposent sur une interprétation erronée ne tenant pas compte des critères sociaux et fiscaux de détermination du lien de subordination, écrivent les syndicats. En réalité, ces mesures ont été prises dans le seul but d’éviter à la justice le paiement des charges sociales dues aux experts judiciaires collaborateurs occasionnels qu’elle emploie, ce qu’elle s’est toujours refusé à faire depuis 15 ans. »

Les centrales appellent donc les praticiens hospitaliers à boycotter « dès à présent » les expertises que leur réclament les magistrats. Elles annoncent qu’elles engagent des recours en condamnation de l’État pour les charges sociales impayées.

400 à 500 psychiatres hospitaliers sont actuellement experts judiciaires. On compte aussi des médecins légistes et, selon les affaires, d’autres médecins spécialistes (orthopédistes, cardiologues, etc.).

Au civil, les experts judiciaires sont rémunérés à la vacation et à l’heure. Le tarif peut varier de 120 à 200 euros de l’heure.

Au pénal, les actes sont tarifés selon une nomenclature prédéfinie par le Code de procédure pénale et indexé au coût d’une consultation. Par exemple, une expertise psychiatrique est rémunérée 277,50 euros. Cela peut couvrir le déplacement en prison (hors remboursement des frais kilométriques), une consultation souvent longue et l’écriture du rapport. Une rémunération très insuffisante aux yeux des syndicats.

*Avenir hospitalier, CMH, CPH, INPH, SNAM-HP
Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Urgences

Fichage des Gilets jaunes : « Ce qu'on nous demande est illégal », témoigne un urgentiste de l'AP-HP

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) impose-t-elle au personnel de ses services d'urgences le fichage des Gilets jaunes blessés lors des manifestations ? L'affaire n'en finit plus de faire couler de l'encre depuis... 12

Expérimentation HPV : « La campagne de vaccination va commencer en octobre en milieu scolaire », annonce Clara de Bort de l'ARS Guyane

hpv

Lors du lancement de la semaine européenne de la vaccination le 18 avril dernier, Agnès Buzyn a annoncé que les régions Guyane et Grand est... 1

Affaire Lambert : le Conseil d’État valide la décision d’arrêt des soins

conseil etat

Saisi une nouvelle fois, le Conseil d'État a validé la décision médicale d'interrompre les traitements de Vincent Lambert. Prise... Commenter

Défiscaliser les déserts pour séduire les médecins : l'idée plaît au SML, moins à l'UFML et ReAGJIR

zone franche

Créer dans les déserts de nouvelles zones franches sans taxes ni impôts réservées aux médecins pour mieux les attirer dans ces territoires... 2

Une 4e année de médecine générale ? Sur les réseaux, les internes disent non au collège des enseignants

cnge

L'annonce du nouveau recensement du nombre de maîtres de stage des universités (MSU), désormais plus de 10 000 à encadrer et superviser les... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter