Interview décalée - Dr Gérald Kierzek : « Ce qu’on me demande le plus souvent ? Si je suis marié… »

Interview décaléeDr Gérald Kierzek : « Ce qu’on me demande le plus souvent ? Si je suis marié… »

Stéphane Long
| 31.12.2015
Chroniqueur santé à Europe 1, sur France 5 et sur D8, auteur de « 101 conseils pour ne pas atterrir aux urgences »* Gérald Kierzek est médecin avant d’être animateur. Sur les plateaux comme à l’hôpital, l’urgentiste s'applique à vulgariser et à décrypter la santé auprès de ses patients et du grand public. Et s’il n’était pas devenu médecin ? « Je serais devenu avocat d’affaires pour gagner beaucoup d’argent », ironise-t-il...
  • Interview décalée - Dr Gérald Kierzek : « Ce qu’on me demande le plus souvent ? Si je suis marié… »-1

    Dr Gérald Kierzek : « Ce qu’on me demande le plus souvent ? Si je suis marié… »

« LE QUOTIDIEN » - Quelle est la première chose que vous faites en arrivant au cabinet ?
Dr GÉRALD KIERZEK. - Je fais pipi et je me lave les mains… Un peu plus sérieusement, aux urgences, on a un rituel, c’est de prendre un petit déj’ tous ensemble. C’est un moment super important du travail en équipe. Alors on a instauré un planning de garde du petit déj’, chacun apporte les croissants à tour de rôle. À la boulangerie, ils nous connaissent bien… ils nous font 10 % !

La question qu'on vous pose le plus souvent en tant que médecin ?
« Vous êtes marié ? »… [rires]… Ce qu’on me demande très fréquemment, c’est comment j’arrive à faire de la radio, de la télé, tout en étant médecin… Est-ce que je suis un vrai médecin ? Comment je fais pour trouver l’équilibre entre toutes ces activités ? Je réponds que c’est le même métier. Quand je suis sur les plateaux, c’est toujours le médecin de l’hôpital qui explique et informe les patients, sauf que ça se passe en dehors du cadre habituel. Les conseils que je donne sont les mêmes que ceux que je donne en colloque singulier. La différence, c'est qu'à travers la radio et la télé, je touche des millions de personnes.

Le patient le plus insolite que vous ayez rencontré ?
Plus que les patients, ce sont les endroits où ils vivent qui m’ont marqué. En tant que médecin du SMUR, j’ai vu des choses assez étonnantes. Je pense par exemple au syndrome de Diogène, ces patients qui vivent dans des capharnaüms. Je me rappelle d’un cas à Bastille où on a été obligé de porter nos tenues de protection NRBC [nucléaire, radiologique, biologique et chimique, NDLR], tellement l’odeur était forte. C’était une vieille dame qui vivait là depuis des années et des années, au milieu d’un amoncellement de détritus. À l’inverse, j’ai vu des appartements somptueux avec vue sur la tour Eiffel, où je ne serais jamais entré si je ne faisais pas ce métier. Parfois, c’est le décalage entre le patient et l’endroit où il vit qui est très surprenant. Parfois, c’est leur comportement qui surprend… Je pense à une ministre qui avait appelé pour une crise d’angoisse, une décompensation psychiatrique. On ne citera pas son nom évidemment ! C’est tout ça la médecine d’urgence !

Si vous deviez résumer la loi de santé en un mot ?
Démédicalisation. Dans le sens déprofessionalisation. On enlève aux médecins le pouvoir de faire les choses.

La raison pour laquelle vous êtes médecin ?
La vocation. Ça m’est tombé dessus très tôt. Dès l'âge de 13 ans, j’étais secouriste et je passais mes week-ends dans les ambulances du SAMU. Je n’ai pas eu à me poser de questions sur ce que je voulais faire, je me suis programmé pour être médecin. Après, tout m'a paru très facile.

Et si vous deviez changer de métier ?
Question difficile… J’ai déjà l’impression de faire plein de métiers dont le fil conducteur, c’est médecin. Animateur radio, je ne le conçois pas en dehors de la médecine. Peut-être avocat, puisque j’ai un doctorat de droit… Avocat d’affaires. Pourquoi ? Pour gagner beaucoup d'argent, bien sûr ;-) 

(*) Aux éditions Robert Laffont (288 pages).
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev sommeil

Cardiométabolisme, troubles de l'humeur, immunitéLe sommeil, un levier de prévention des maladies Abonné

Après avoir été longtemps négligé, le sommeil reprend sa place en médecine. Une urgence alors que le temps de sommeil des Français est passé sous la barre des 7 heures par nuit, selon une étude récente de Santé Publique France (SPF). La journée du sommeil le 22 mars est l'occasion de rappeler que mal dormir favorise la survenue de nombreuses maladies et qu'un sommeil réparateur est un levier de... Commenter

Certificats de décès : feu vert pour le recours aux internes et aux retraités, mais pas aux infirmiers

CERTIFICAT DECES

Comment pallier le manque de médecins pour établir rapidement des certificats de décès ? Des débats vifs ont animé l'Assemblée nationale... Commenter

Psychiatrie : des soignants se mobilisent ce jeudi pour redonner du sens au secteur

psy

Les annonces de rallonge budgétaire par la ministre de la Santé et d’« initiative d’ampleur », par le président de la République, n’auront... Commenter

Les députés retoquent l'obligation d'un stage dans les déserts médicaux pour les carabins

stage etudiant

Rétropédalage des députés ! L'obligation, introduite en commission, de faire un stage en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,... 14

Papillomavirus : 50 organisations médicales réclament une vaccination universelle

HPV

Un appel pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus (HPV) vient d'être lancé par 50 organisations médicales,... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter