Généralisation de la complémentaire santé : les PME ne seront pas toutes prêtes au 1er janvier, selon le MEDEF

Généralisation de la complémentaire santé : les PME ne seront pas toutes prêtes au 1er janvier, selon le MEDEF

Anne Bayle-Iniguez
| 21.12.2015
  • Généralisation de la complémentaire santé : les PME ne seront pas toutes prêtes au 1er janvier, selon le MEDEF - 1

Quelques jours avant la mise en œuvre de la généralisation de la complémentaire santé pour l’ensemble des salariés du privé, prévue au 1er janvier 2016 par l’accord national interprofessionnel (ANI), le MEDEF tire la sonnette d’alarme sur l’impact de ce dispositif sur les petites et moyennes entreprises (TPE-PME).

Vice-président du MEDEF en charge des TPE-PME, Thibault Lanxade a récemment fait part de ses craintes lors d’un débat.

Selon lui, les petites et moyennes entreprises ne sont pas prêtes à appliquer l’accord dans le temps imparti, au regard du contexte économique dégradé.

« Malgré les marges de manœuvre améliorées par l’effet mécanique du récent crédit d’impôt pour la compétitivité (CICE), la situation est toujours tendue pour les entreprises. Dans ce contexte, le dispositif est contraignant », déclare Thibault Lanxade, avant de rappeler que « 65 000 entreprises sont détruites chaque année ».

Erreurs de communication

Le représentant du MEDEF juge aussi que des erreurs de communication sont à l’origine du rejet par les petites et moyennes entreprises de cet accord qui, dans l’esprit, serait plutôt de bonne facture.

« L’obligation de complémentaire santé collective n’a pas assez été décrite comme un outil de management auprès des salariés dépourvus d’augmentation », plaide Thibault Lanxade.

Les remontées de terrain sont également sources d’inquiétude.

« A Limoges, raconte Thibault Lanxade, trois entreprises se sont déjà fait violemment tamponner par l’URSSAF, au motif que les contrats élaborés avec telle ou telle complémentaire ne correspondait pas aux négociations de branche. C’est de la chicanerie, j’en conviens, mais il y aura redressement. Résultat : toutes les autres entreprises ont freiné des quatre fers et sont maintenant dos au mur. »

Selon la loi, lorsqu’il y a un accord de branche (avec éventuelle recommandation), les entreprises ne peuvent proposer une complémentaire santé inférieure à celle négociée au niveau de la branche.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Salters75 Médecin ou Interne 22.12.2015 à 22h51

« Vive l'urssaf vive la France ! »

Répondre
 
Hervé C Médecin ou Interne 21.12.2015 à 21h09

« Jamais eu de mutuelle sauf obligatoire pendant mes études, je trouve anormale de forcer nos salariés à une complémentaire. Les gens prennent une mutuelle car on leur fait peur. Ah oui si il vous arr Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn : « Si j'ai besoin d'un secrétaire d'État, j'en ferai part au Président »

buzyn

« Non ». C'est ce qu'a répondu sans fard la ministre de la Santé à la journaliste de LCI, qui lui demandait ce vendredi matin si elle avait... Commenter

Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

Abonné
Gasser

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres... 1

Des avatars virtuels aident les schizophrènes à lutter contre leurs voix

schizophrènes

Comment aider les 25 % de patients schizophrènes qui continuent d'entendre des voix menaçantes malgré leur traitement pharmacologique ?... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter