Les médecins sont fiers de leur métier mais pessimistes pour leur avenir, selon la grande enquête de l’Ordre

Les médecins sont fiers de leur métier mais pessimistes pour leur avenir, selon la grande enquête de l’Ordre

Henri de Saint Roman
| 17.12.2015

Le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) a rendu public ce 17 décembre les conclusions de sa « grande consultation » de la profession menée ces deux derniers mois. Depuis septembre, l’Ordre a organisé 16 réunions dans toute la France et lancé une enquête en ligne qui a fortement mobilisé les médecins.

Environ 35 000 praticiens ont répondu à cette enquête en ligne et les réponses de plus de 30 000 d’entre eux se sont avérées exploitables. Tous les modes d’exercice ont participé, tant libéraux qu’hospitaliers ou salariés. 200 médecins conseils de l’Assurance-maladie se sont aussi prêtés au jeu. Les premiers résultats de cette opération, rendus publics le jour-même de l’adoption définitive de la loi de santé par le Parlement, montrent combien la profession est inquiète pour son avenir professionnel.
 

Les médecins sont inquiets face à leur propre avenir professionnel

Lourde charge de travail, contraintes réglementaires : un décalage entre rêve et réalité

Cette grande consultation met en évidence des praticiens fiers à 89 % d’exercer leur profession. Mais cette fierté n’est pas aveugle. 57 % d’entre eux (61 % chez les libéraux exclusifs) jugent leur charge de travail excessive, et 47 % ont du mal à trouver un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Globalement, les sondés donnent une note de 6,3 sur 10 à l’adéquation entre leur vie professionnelle quotidienne et leurs attentes. « Il y a un décalage entre le métier rêvé et le métier exercé », note un praticien toulousain. Plus généralement, les sondés jugent à 78 % que le système de santé est certes satisfaisant pour les patients, mais beaucoup moins pour les médecins (30 %).

Le cahier de doléances en dit long sur le désabusement des praticiens. 97 % d’entre eux estiment subir trop de contraintes réglementaires, économiques et administratives, et 76 % assurent que l’exercice au quotidien est plus difficile qu’il y a dix ans. Signe d’une grande lassitude, seul un médecin sur deux recommanderait à un jeune de suivre sa voie ! Trois praticiens sur 4 sont pessimistes pour l’avenir de leur profession.
 

Enthousiasme, attachement, rejet, indifférence...

Un système à réformer

Les relations avec les autorités sont jugées conflictuelles. 74 % des praticiens sont insatisfaits de leurs rapports avec les pouvoirs publics, le pourcentage baisse à 55 % s’agissant de leurs liens avec l’Assurance-maladie et les ARS. Plus généralement, 93 % des sondés jugent insatisfaisant le pilotage de la santé par les pouvoirs publics. Résultat, 86 % d’entre eux se déclarent pessimistes sur l’avenir du système de santé, et 95 % sont convaincus qu’il faut le réformer ou l’adapter.

Le réformer, oui, mais pas le bouleverser. Seuls 20 % des praticiens sont favorables à un système ouvert aux acteurs privés, et 61 % veulent qu’il reste aux mains des pouvoirs publics. Plus généralement, les sondés plébiscitent la création de passerelles (79 %), la coopération ville hôpital (79 %), et l’exercice regroupé (73 %).
 

Et des actions prioritaires doivent êtres menées

Libérer du temps médical

Parmi les souhaits des praticiens, le temps médical est clairement énoncé comme une priorité. 98 % d’entre eux veulent augmenter le temps consacré spécifiquement aux soins en réduisant les tâches purement administratives. La formation initiale n’est pas oubliée : 93 % jugent prioritaire ou important de la mettre en adéquation avec la réalité des exercices professionnels (adaptation du numerus clausus, réforme de l’internat...). Enfin, petite surprise liée à la liberté d’installation, si 48 % des sondés sont défavorables au conventionnement sélectif des médecins, 25 % s’y déclarent favorables, et 27 % sont sans opinion.

Le 26 janvier prochain, l’Ordre rendra public un livre blanc contenant ses propositions, issues de cette grande concertation, pour la réforme du système de santé. L’institution, qui reste convaincue que la loi de santé sera partiellement détricotée ultérieurement, quelle que soit la prochaine majorité, veut aussi influer sur le déroulement de la grande conférence de santé du gouvernement, qui se tiendra le 11 février prochain.

Les résultats complets de la consultation nationale sont disponibles sur le site de l’Ordre.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev lead
Focus

À l'hôpital comme en ville Abonné

Au cœur des transformations du monde hospitalier comme des modes d’exercice libéral, impacté par les nouvelles technologies, les contraintes démographiques et les évolutions générationnelles, le temps médical est devenu un enjeu majeur. Le "Quotidien" a enquêté auprès des associations régionales, de l’Ordre des médecins, des URPS et de l’Observatoire de la Qualité de vie au travail. Tous les... 7

L'heure du coucher, un marqueur de bonne santé cardiovasculaire

coucher

Le travail à des horaires atypiques, travail de nuit ou travail posté, est associé à des risques avérés pour la santé, notamment... Commenter

Violences obstétricales : les recos de l'Académie face aux « pratiques humainement défaillantes »

violence obstetricale

Améliorer la formation des soignants quant à l'autonomie des femmes enceintes ou optimiser la prise en charge de la douleur en obstétrique…... 1

Des cellules souches osseuses découvertes chez l'homme

Os obtenu à partir de cellules souches osseuses

Ils les avaient dénichées chez le rongeur en 2015. Michael Longaker et son équipe de l’université Stanford viennent de découvrir, chez... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter