Un deuxième avis médical en ligne pour 295 euros sème la zizanie

Un deuxième avis médical en ligne pour 295 euros sème la zizanie

16.12.2015
  • Un deuxième avis médical en ligne pour 295 euros sème la zizanie-1

    Un deuxième avis médical en ligne pour 295 euros sème la zizanie

Une plateforme Internet proposant un deuxième avis médical sur Internet pour 295 euros fait débat sème la discorde ces derniers jours sur les réseaux sociaux.

Validé par la CNIL, ce projet lancé par la société Carians permet à un patient ou à son médecin de solliciter à distance un avis spécialisé de « téléconseil personnalisé » (voire de téléexpertise) à partir de documents médicaux numérisés et transmis sur la plateforme.

Le service « www.deuxiemeavis.fr » s’adresse plus spécifiquement aux patients atteints de pathologies graves, rares ou invalidantes (cancers, ALD, opérations lourdes…). Une centaine de médecins experts sont à ce jour habilités à rendre cet avis en ligne dans un délai garanti entre 48 heures et une semaine.

Une coprésidente du CISS (association d’usagers), ainsi qu’une dizaine de médecins renommés figurent dans le conseil scientifique de « Deuxième avis » dont le Pr Laurent Degos, ancien président de la HAS, le Pr Didier Sicard, ex-président du Comité consultatif national d’éthique ou le Pr Pierre-Louis Druais, président du collège de médecine générale. Le Pr Druais a accepté d’expliquer au « Quotidien » pourquoi il soutient cette initiative. Entretien.

LE QUOTIDIEN : Comment avez-vous connu « Deuxième avis » ?

Pr PIERRE-LOUIS DRUAIS : Le Pr Laurent Degos m’a contacté pour me présenter le concept. L’idée est d’aider les patients à l’étranger ou qui vivent dans des territoires éloignés, mais aussi les personnes qui ont un problème de santé complexe en leur donnant un deuxième avis après analyse de leur dossier.

J’ai travaillé spécifiquement sur trois axes de réflexion, techniques, juridiques, et sur la responsabilité médicale. Quand on demande à un médecin de donner un avis, il faut respecter bien évidemment la confidentialité des données et les règles déontologiques et éthiques de non-concurrence vis-à-vis de ses confrères. Le dossier est anonymisé pour qu’il n’y ait pas de détournement de patients. On ne reconsulte pas les patients, il s’agit de téléconseil et de téléexpertise. Le patient fournit des données à distance (résultats d’examens, radios, IRM…) pour permettre au médecin expert de fournir une réponse écrite entre 48 heures et une semaine.

Y a-t-il selon vous une demande pour ce service ?

Il existe déjà des sites ou des forums où les gens échangent entre eux ou émettent des avis. La plateforme propose une intervention d’expert en 2e ou en 3e recours pour certaines pathologies lourdes. J’ai regardé plus particulièrement quelles étaient les limites déontologiques, juridiques, éthiques et technico-pratiques mais aussi contribué à élaborer le modèle du document de synthèse le plus performant possible pour permettre au médecin expert de rendre un avis étayé par les données de la science et les dernières recommandations. Cela fait six mois que l’on travaille dessus. Ce site est élitiste, avec des professionnels capables de faire de l’expertise à distance.

Le prix de cette prestation, 295 euros, fait déjà polémique...

Ce montant permet de payer l’infrastructure technique et informatique, les gens qui gèrent le dossier, les experts dans un délai court avec une exigence de réponse circonstanciée. Alors oui, 295 euros pour ce service, cela peut choquer mais ça me choque moins que devoir payer 500 euros pour une sommité en secteur privé à l’hôpital ! Je ne trouve pas indécent que des gens ayant des pathologies lourdes puissent avoir les avis médicaux les plus performants avec une caution scientifique et éthique. Des discussions sont ouvertes avec des mutuelles pour prendre en charge une partie de la prestation.

Propos recueillis par Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 13

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 5

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter