Sécu, hôpital : les recettes ultralibérales d’Agnès Verdier-Molinié

Sécu, hôpital : les recettes ultralibérales d’Agnès Verdier-Molinié

Sophie Martos
| 10.12.2015
  • Sécu, hôpital : les recettes ultralibérales d’Agnès Verdier-Molinié - 1

    Sécu, hôpital : les recettes ultralibérales d’Agnès Verdier-Molinié

Invitée mercredi du Café Nile à Paris, Agnès Verdier-Molinié, directrice de l’iFRAP (Fondation pour la recherche sur l’administration et les politiques publiques), un think tank libéral, a plaidé pour la fin du monopole de l’assurance-maladie obligatoire en France afin de rationaliser les dépenses de santé et de rendre le système plus efficient. « Il faut revoir tout le mode de gestion de notre système de santé », résume l’économiste.

Prenant exemple sur le modèle allemand, elle estime qu’un système d’assurance-maladie régionalisé, organisant la concurrence entre les caisses y compris pour attirer des adhérents, serait gage de performance accrue (pression sur les prix et les tarifs, diminution des coûts de gestion et même parcours de soins amélioré).

En matière de gouvernance générale, la dichotomie actuelle qui caractérise le système à la française (régime obligatoire, complémentaires santé) encourage un surcoût administratif massif, juge-t-elle. « Les dépenses de gestion génèrent 13,7 milliards d’euros de surcoût en France », évalue-t-elle.

Réformer le statut, réaliser la convergence tarifaire

Traquer les économies à l’hôpital public est une autre priorité pour l’économiste, avec l’objectif de recentrer l’hôpital sur ses missions et de développer les soins de ville. « Il est urgent de réformer mais personne ne se met autour de la table, on gère au jour le jour », regrette-t-elle. La France compte 30 % d’établissements de santé en plus qu’en Allemagne, assure Agnès Verdier-Molinié. Mais « quand on parle de fermeture d’hôpitaux, on se heurte à un mur politique en France ».

Autre proposition : réformer le statut de la fonction publique qu’elle qualifie de « catastrophique ». En France, on compte plus de 5,4 millions d’agents publics et 800 000 contractuels. L’économiste défend le déploiement de la rémunération au mérite dans les hôpitaux, sur des critères « objectifs ».

Elle assure enfin qu’une économie de sept milliards d’euros serait envisageable avec la mise en place de la convergence tarifaire public/privé (processus auquel le gouvernement actuel a mis fin en 2012). « Il faut sortir de l’idéologie "public contre privé", le système doit être au service des Français », préconise-t-elle.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

L'heure du coucher, un marqueur de bonne santé cardiovasculaire

coucher

Le travail à des horaires atypiques, travail de nuit ou travail posté, est associé à des risques avérés pour la santé, notamment... Commenter

Violences obstétricales : les recos de l'Académie face aux « pratiques humainement défaillantes »

violence obstetricale

Améliorer la formation des soignants quant à l'autonomie des femmes enceintes ou optimiser la prise en charge de la douleur en obstétrique…... 1

Des cellules souches osseuses découvertes chez l'homme

Os obtenu à partir de cellules souches osseuses

Ils les avaient dénichées chez le rongeur en 2015. Michael Longaker et son équipe de l’université Stanford viennent de découvrir, chez... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter