Les benzodiazépines à demi-vie longue associées à un risque de démence accru de 60 %

Les benzodiazépines à demi-vie longue associées à un risque de démence accru de 60 %

04.12.2015
  • Les benzodiazépines à demi-vie longue associées à un risque de démence accru de 60 % - 1

Les personnes âgées prenant des benzodiazépines (BZD) à demi-vie longue (de plus de 20 heures) ont un risque de démence augmenté de 60 %, majoritairement de type Alzheimer. C’est ce que conclut une étude observationnelle prospective, menée par une équipe française et publiée dans la revue « Alzheimer’s and Dementia ».

Un risque soupçonné depuis plusieurs années

Depuis 2011, plusieurs études observationnelles ont suggéré un lien entre prescription prolongée de BZD et risque de survenue de la maladie d’Alzheimer, mais également une augmentation du risque de chute et de fracture chez les personnes âgées. Récemment, vu la forte consommation de ces psychotropes en France, les autorités sanitaires se sont engagées dans un plan d’action visant à limiter leur consommation.

Comparaison entre différentes formulations de benzodiazépines

Mais beaucoup de questions restent en suspens concernant la différence d’effets potentiels des BZD à demi-vie courte versus celles à demi-vie longue. Dans cette nouvelle étude, des chercheurs de l’INSERM ont tenté de mieux évaluer cette distinction chez les personnes âgées, dont 30 % en France consomme régulièrement des BZD, notent les auteurs.

L’équipe s’est intéressée aux données issues de l’étude dite « des 3 Cités » (Bordeaux, Dijon, Montpellier), portant sur plus de 8 240 personnes âgées de plus de 65 ans, suivies depuis 8 ans en moyenne. Dans cette cohorte, ils ont diagnostiqué 830 nouveaux cas de démence au cours du suivi, et ont eu accès aux informations concernant tous les médicaments consommés pendant cette période. Leurs travaux révèlent un risque accru de 60 % de démence chez les consommateurs de BZD à demi-vie longue, alors que les consommateurs de BZD à demi-vie courte ne présentaient pas de surrisque.

« C’est vraiment pour une prise prolongée, chronique que le danger existe – certains patients en prenaient sur des mois, des années, ce qui est en complète contradiction avec l’AMM d’ailleurs. Mais ce n’est pas une prise pendant quelques semaines qui donne un surrisque », précise l’auteur senior de l’étude, le Pr Christophe Tzourio, de l’université de Bordeaux, interviewé par « le Quotidien ».

Le lien de cause à effet reste à démontrer

La hausse du risque n’était explicable par aucun autre facteur : « Les auteurs ont fait des analyses statistiques en profondeur permettant d’écarter certains biais et notamment le fait que la prise de benzodiazépines ait été la conséquence de symptômes initiaux de démence », indiquent-ils. Concernant les possibles raisons de ce surrisque, le praticien précise qu’il n’existe actuellement aucune certitude, « le plus logique, c’est que l’exposition est plus longue, et peut-être plus forte aussi – c’est probablement très mécanique en termes d’exposition ».

Enfin, la relation de causalité ne peut être établie à partir de cette étude, mais « le doute est suffisant pour encourager médecins à trouver des formes alternatives pour les troubles du sommeil des personnes âgées, qui sont le motif principal de prescription de ces médicaments. Et s’il faut donner un BZD, alors leur donner un BZD à demi-vie courte », conclut le Pr Tzourio.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 17 Commentaires
 
apatou Médecin ou Interne 13.12.2015 à 19h04

« C'est dement comme nouvelle!!!! Qui l'eut cru ?En rajoutant du cholesterol ca doit faire TILT! Les 2 comperes blamés par le CO auraient ils eu raison??? Vous le saurez dans le prochain numero!  »

Répondre
 
ROLAND W Médecin ou Interne 07.12.2015 à 17h17

Médecin retraité, je me souviens que la majorité des patients en HEPAD était sous BZD. Mot d'ordre : pas de sevrage risque de sd convulsif. Ce problème de rapport entre démence et BZD réapparait Lire la suite

Répondre
 
PSY TCC Médecin ou Interne 05.12.2015 à 18h43

« LES REPONSES SONT POURTANT CONNUES DEPUIS LONGTEMPS !
LES BZD SONT DES OUTILS !!! Et uniquement des outils...
Tout dépend de la façon dont on s'en sert...
Donc avec PARCIMONIE
Et ,dans ce sens, Lire la suite

Répondre
 
e.libre Médecin ou Interne 05.12.2015 à 10h29

« Toujours l'éternelle histoire de la poule qui a fait l'œuf, ou de l'œuf qui a fait la poule...certes, "il y a un lien" entre l'œuf et la poule, et Monsieur de la Palice n'aurait pas dit mieux..donc Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter