Patrick Pelloux prend la défense du service public, « héroïque » lors des attentats du 13 novembre

Patrick Pelloux prend la défense du service public, « héroïque » lors des attentats du 13 novembre

02.12.2015
  • Patrick Pelloux prend la défense du service public, « héroïque » lors des attentats du 13 novembre-1

L’urgentiste Patrick Pelloux a appelé mercredi à pérenniser « l’héroïque » système français de services publics, dont la mobilisation après les attentats du 13 novembre a permis selon lui de sauver près d’une centaine de personnes, taclant au passage les coupes budgétaires.

« Nous ne sommes pas des héros. Nous avons un système héroïque, c’est le système qu’a voulu notre pays, notre histoire, notre économie », a affirmé Patrick Pelloux lors d’un hommage à l’économiste Bernard Maris, décédé lors de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier, à l’occasion de la remise du Prix du Livre d’économie à Bercy.

Le médecin a exprimé « la fierté que nous avons eue vendredi 13 (novembre) à voir se lever comme un titan l’assistance publique, les hôpitaux de Paris, mais aussi les services de secours, les pompiers, les services de police et tous les services de l’Etat qui en l’espace de quelques heures ont fait que l’on a pu sauver -je crois- entre 80 et 100 victimes ».

Plaidoyer pour la laïcité

« Nous sommes bien dans un problème de pérenniser une civilisation que nous avons voulue, qui a conduit aux droits de l’Homme », a-t-il assuré. « Une des choses les plus importantes qui a permis le développement économique, scientifique, l’émancipation des femmes, c’est la laïcité », a ajouté l’ancien collaborateur de Charlie Hebdo.

A Bercy, lors de son intervention, il a plaidé pour que l’économie soit « au service de l’humanité et de nous toutes et nous tous. Et ce n’est pas le contraire », appelant à changer « certaines passions que l’on a à l’heure actuelle » qui consistent « à courir après un leurre », en allusion à la réduction de la dette. Auparavant, il avait pris soin de préciser qu’il ne « comprenait rien à l’économie, sauf que c’est sans arrêt des coupes budgétaires dans les hôpitaux ».

Il a également rappelé certaines plaisanteries échangées avec Bernard Maris. « J’avais l’habitude de dire à Bernard que si les économistes étaient des médecins, vu leurs erreurs de diagnostic et de traitement, il aurait fallu doubler la taille du cimetière », a-t-il rappelé.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
hauts salaires

Hauts salaires de la fonction publique : 7 850 euros en moyenne pour les 1 % les mieux payés... dont 54 % dans les hôpitaux

Ils forment l'élite financière de la fonction publique (tous corps confondus) : quelque 48 500 agents, soit 1 % des employés les mieux payés, gagnent en moyenne 7 850 euros nets mensuels, loin du privé mais avec des revenus qui... 11

Grand Débat : médecins, vous avez la parole !

grand debat

À l’occasion du Grand Débat national, Nehs et le Groupe profession santé auquel appartient « le Quotidien du Médecin », « le Généraliste »,... 1

Agnès Buzyn candidate aux élections européennes ?

buzyn europe

Selon le journal « Les Échos », Agnès Buzyn pourrait quitter son maroquin pour se présenter aux élections européennes qui auront lieu du 23... 11

Le Nutri-score devient obligatoire sur tous les supports publicitaires

NUTRI SCORE

L'Assemblée a rendu obligatoire jeudi l'affichage du « Nutri-score » sur tous les supports publicitaires (Internet, télévisés,... 1

Live ChatDépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)

Live Chat - Dépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)-0

Alors que sa parole se fait plutôt rare dans les médias, le Pr Norbert Ifrah, président de l’Institut national du Cancer (INCa) depuis...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter