Trois ans de prison requis contre un généraliste soupçonné d’alimenter un trafic de Subutex

Trois ans de prison requis contre un généraliste soupçonné d’alimenter un trafic de Subutex

01.12.2015
  • Trois ans de prison requis contre un généraliste soupçonné d’alimenter un trafic de Subutex - 1

A-t-il délivré des milliers d’ordonnances de Subutex par humanisme ou par complaisance ? Un médecin mosellan accusé d’avoir alimenté un trafic de ce traitement substitutif à l’héroïne jouait hier, lundi 30 novembre, son avenir devant le tribunal de Sarreguemines (Moselle).

Au terme d’une longue journée d’audience, le parquet a requis à l’encontre du généraliste trois ans de prison dont deux avec sursis, 50 000 euros d’amende et l’interdiction d’exercer son métier. « En distribuant du Subutex à des patients qui n’en ont pas besoin, on alimente un réseau », a fait valoir la représentante du ministère public, Marion Freitag, qui a également requis 20 000 euros d’amende à l’encontre d’un pharmacien.

À leurs côtés comparaissaient deux hommes soupçonnés d’avoir revendu du Subutex à des toxicomanes : les forces de l’ordre ont découvert plus de 600 comprimés chez l’un d’eux. Le parquet a requis respectivement un an ferme et douze mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant 24 mois à leur encontre. Certains comprimés étaient revendus en Allemagne, où ce médicament est délivré dans des conditions plus strictes qu’en France.

« médecine go-fast »

Le médecin mis en cause, également maire de sa commune Hombourg-Haut (jusqu’en 2014), avait été mis en examen en octobre 2013 : l’enquête a établi qu’il avait prescrit de fin mars 2011 à avril 2013 près de 25 000 ordonnances de Subutex à quelque 285 patients. La CPAM de Moselle a provisoirement chiffré son préjudice à plus de 165 000 euros, selon son avocat, Me Nicolas Matuszac.

Alors qu’il travaillait à temps partiel du fait de ses activités d’élu, le médecin pouvait recevoir jusqu’à 80 patients par jour, s’est étonné le parquet, en relevant que certains d’entre eux n’étaient pas examinés lors d’une première prescription, n’étant même pas toxicomanes.

L’avocat de l’Ordre des médecins, Me Stanislas Louvelune a dénoncé une « médecine go-fast », et pointé l’exercice « un peu atypique » du métier.

« Je ne peux pas mener moi-même une enquête » sur chaque patient, a rétorqué le médecin généraliste qui a assuré n’avoir « jamais eu (...) une intention de frauder la Sécurité sociale ». « On veut que je serve d’exemple et que les autres médecins aient peur et ne prescrivent plus de Subutex », a-t-il déploré.

Un médecin humaniste confronté au problème de la toxicomanie

L’avocat du praticien a dénoncé l’apathie des pouvoirs publics face au problème. Ils « ont complètement abandonné le domaine de la toxicomanie. Les médecins sont lâchés dans la nature », a déclaré Me Dominique Rondu, soulignant l’existence de seulement deux centres dédiés à l’accueil des toxicomanes en Moselle. « Il n’y a rien de pire qu’une rupture de traitement (en Subutex, NDLR), qui peut entraîner un retour vers l’héroïne », a-t-il pointé.

Durant l’audience, un collègue généraliste a tracé le portrait de l’accusé en évoquant un médecin humaniste qui « a eu le courage d’aller s’installer dans une cité où le problème des produits stupéfiants était omniprésent ». Il avait parfois affaire à des « patients agressifs et indisciplinés », a relevé ce médecin. Également appelé à la barre par la défense, le sociologue Yvon Schléret a souligné que le Subutex ne donnait pas lieu à un véritable trafic au même titre que les drogues. « On est plus dans du mésusage, du dépannage ou du troc », a-t-il dit, estimant « difficile de faire fortune avec ce trafic-là ». Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 11 janvier.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Alzheimer : les thérapies non médicamenteuses personnalisées font leurs preuves

Abonné
BAUTRAN

Le déremboursement des médicaments anti-Alzheimer annoncé fin mai 2018 (en vigueur depuis le 1er août) met sur le devant de la scène les... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter