À Boulogne, la clinique Marcel-Sembat voit grand pour la chirurgie des petits

À Boulogne, la clinique Marcel-Sembat voit grand pour la chirurgie des petits

27.11.2015

Créée en 1985, la clinique privée Marcel-Sembat (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine) gérée par le groupe Ramsay Générale de santé, a présenté jeudi son nouveau projet médical 2015-2020. Objectif : structurer les activités médicales en pôles pluridisciplinaires pour favoriser une prise en charge coordonnée des patients, et faire figure de référence dans l’Ouest parisien pour l’activité pédiatrique.

L’établissement, clinique chirurgicale pluridisciplinaire, met l’accent sur sa très forte expertise « enfants ». De fait, 54 % des entrées concernent des enfants âgés de 0 à 12 ans. On retrouve ainsi des pôles très spécialisés : ortho-pédiatrie, main pédiatrique, un pôle médico-endoscopique de l’enfant, un autre pour la chirurgie viscérale et urologie pédiatrique et un pôle tête-cou-plastie avec une activité prépondérante sur l’extrémité encéphalique de l’enfant.

Recrutements médicaux, accueil des internes

« Nous voulons assurer toutes les prises en charge », explique le Dr Éric Arnaud, président de CME et chirurgien à Marcel-Sembat. De nouveaux praticiens ont été recrutés : 10 sur l’année 2015, comme le Dr Syril James, neurochirurgien.

La clinique déposera un dossier auprès de l’ARS en janvier afin de pouvoir accueillir des internes en orthopédie et anesthésie pédiatrique. L’établissement possède déjà huit anesthésistes spécialisés en pédiatrie. « C’est un vrai plus car certains établissements ne peuvent pas prendre en charge de très jeunes enfants, en dessous de trois ans, notamment pour les chirurgies de la main », poursuit le Dr Arnaud.

La clinique muscle également son service de radiologie ; une demande pour faire de l’IRM pédiatrique a été déposée. Un investissement dans un appareil EOS, qui limite la dose de rayons X absorbée par le patient lors de la radio, est évoqué.

500 m2 dédiés aux consultations

Les « urgences » ont aussi été renforcées. « Un système de gardes et d’astreintes s’est mis en place pour qu’il y ait toujours un médecin en chirurgie ortho-pédiatrique et en uro-viscéral », précise Elizabeth Frithmann, directrice de la clinique.

Un accord lie officiellement la clinique à l’hôpital Ambroise-Paré (AP-HP) qui permet de transférer les patients facilement entre les deux établissements.

Les à-côtés n’ont pas été négligés. Outre le relooking des chambres, la clinique peut compter sur une éducatrice, des clowns, de la sophrologie ou un suivi psychologique pour les parents qui le souhaitent.

Un « plateau » de 500 m2 est en cours de construction : une quinzaine de bureaux, uniquement dédiés aux consultations enfants et adultes, à quelques mètres de la clinique, qui ouvriront dans un an.

 

Marie Foult
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Fin de l'exercice isolé, travailler... jusqu’à 22 heures : ce que Macron attend des médecins

best of Macron

Une réforme aussi attendue valait bien un discours fleuve. Pendant plus d'une heure, Emmanuel Macron a dévoilé ce matin devant le gratin... 12

Plan santé : « C'est la bonne réforme, je n'ai pas d'inquiétude », affirme Agnès Buzyn

Agnès Buzyn ministre santé

Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi matin le plan de transformation du système de santé, à la ville comme à l’hôpital. Pour « le Quotidien... 35

Obésité : les thérapies comportementales doublent les chances de perdre du poids

obesite

« Offer or refer », proposer ou référer, le message est clair pour les médecins américains : pas d'impasse sur les thérapies comportementale... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter