COP21 : l’InVS face au casse-tête de l’évaluation de l’impact sanitaire du changement climatique

COP21 : l’InVS face au casse-tête de l’évaluation de l’impact sanitaire du changement climatique

Damien Coulomb
| 25.11.2015
  • COP21 : l’InVS face au casse-tête de l’évaluation de l’impact sanitaire du changement climatique-1

« Le changement climatique influence déjà les systèmes naturels sur l’ensemble du globe : évolution de l’aire de répartition de nombreuses espèces, modifications des activités saisonnières, mouvements migratoires, modifications des interactions interspécifiques », énumèrent les auteurs dans un article du « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») consacré à l’évaluation de l’impact sanitaire du réchauffement climatique.

Dans cet article publié en amont de la tenue à Paris de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), les auteurs rappellent l’effet des bouleversements climatiques en cours sur les systèmes hydrologiques, les ressources en eau et la production alimentaire. « Ces changements auront des répercussions sanitaires, par exemple une modification des allergies en fonction de l’évolution des peuplements végétaux, l’apparition de conditions climatiques favorisant l’extension des vecteurs de maladies tropicales », précisent-ils.

Des effets directs et indirects

Les auteurs s’estiment pour l’instant peu armés pour évaluer les conséquences directes et indirectes du réchauffement climatique. Les conséquences directes de l’augmentation de la température posent déjà problème puisqu’il n’est pas certain que des hivers plus doux se traduisent par une diminution de la mortalité liée au froid.

Les effets indirects sont encore plus délicats à quantifier. Parallèlement aux changements climatiques, les auteurs rappellent que l’on assiste à une urbanisation et un vieillissement croissant de la population. De plus, la perte de la biodiversité et les altérations de l’environnement renforcent le risque sanitaire sur les populations humaines, de même que les bouleversements sociaux et économiques induits par le changement climatique. « Une chaîne complexe d’interactions se met ainsi en place, affectant la santé et le bien-être des populations », s’alarment les auteurs.

Une augmentation de plus de 1 °C en 30 ans

Entre 1880 et 2012, la température moyenne a augmenté de 0,85 °C en France, avec une tendance à la hausse du nombre d’épisodes de précipitations intenses. Une hausse des températures moyennes comprises entre 0,6 et 1,9 °C est attendue pour la période 2021-2050, avec un réchauffement plus marqué dans le Sud-Est en été. Ces évolutions pourraient se traduire par des augmentations locales des pics d’ozone et de particules fines et donc des pathologies respiratoires. L’un des enjeux de la COP21 est le maintien de l’augmentation de la température à hauteur de +2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle.

La réponse au changement climatique se décline en deux axes. Le premier est l’« atténuation », qui vise à réduire leur amplitude en agissant sur l’habitat, l’agriculture ou les transports. De telles mesures « n’empêcheront pas le réchauffement climatique, mais devraient permettre de le limiter », estiment les auteurs.

Le second aspect est l’adaptation aux problèmes spécifiques posés par le réchauffement climatique comme la mise en place des plans canicules. Cette adaptation implique une connaissance de la dynamique spatio-temporelle des impacts sanitaires que l’on souhaite réduire. Les auteurs s’interrogent ainsi sur la pertinence des seuils d’alerte des plans canicules, fixés sur la période 1973-2010, quand la température était globalement plus faible.

« Un renforcement de la recherche en épidémiologie et une meilleure prise en compte des conséquences sanitaires de l’adaptation au changement climatique sont donc souhaitables », concluent-ils. Les auteurs rappellent d’ailleurs qu’une des recommandations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), dans son rapport, est que soit intégrée la surveillance des interactions santé-climat dans les travaux de la future agence « Santé publique France ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
dpc

Le DPC... de gré ou de force ! Après des pré-inscriptions massives par des robots, l'Agence riposte et rassure

De mémoire de syndicaliste, le Dr Bernard Ortolan, cadre de la CSMF et directeur scientifique d’Evolutis DPC, n’avait jamais vu cela. En quelques heures, samedi dernier, de nombreux confrères l’ont alerté de leur pré-inscription... 2

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Feu vert au « pharmacien prescripteur », les médecins sur les nerfs

mesnier pharmaciens

Le Dr Thomas Mesnier a donc persisté et signé ! Lors de l'examen de la loi de santé, l'Assemblée nationale a autorisé les pharmaciens à... 15

Les médecins franciliens se convertissent à la prise de rendez-vous en ligne mais se méfient de la concentration du secteur

rdv en ligne

Les plateformes de rendez-vous en ligne ont la cote chez les patients autant que chez les praticiens d'Ile-de-France. Près de deux tiers... Commenter

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)-0

L’extension de l’obligation vaccinale (de 3 à 11 vaccins) est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Plus d’un an après, les premiers...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter