La fin du statut d’interne ? Fausse frayeur sur Twitter

La fin du statut d’interne ? Fausse frayeur sur Twitter

Stéphane Long
| 23.11.2015

Le statut spécifique des internes serait-il remis en cause par le gouvernement ? La question s’est posée après la publication au « Journal officiel » du 20 novembre d’un arrêté modifiant un article relatif aux modalités de stage de troisième cycle des études de médecine, et signé des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur. Ce texte entérine la suppression du mot « interne » et son remplacement par les termes « étudiant de troisième cycle des études de médecine ».

 

Arrêté du 18 nov 2015

Cette modification sémantique a soulevé l’inquiétude de nombreux internes, notamment sur Twitter. « Le statut d’interne en médecine est en train d’être juridiquement effacé » s’alarme Mickaël Benzaqui, ex président de l’ISNI (intersyndicat national des internes). D’autres y voient une atteinte à la légitimité et à la crédibilité des internes notamment vis à vis des patients.

Pour certains, il s’agit d’une nouvelle preuve de la dévalorisation de la profession : « Puis médecin devenant professionnel de santé puis prestataire de soin. Quelle descente ! » anticipe un médecin sur Twitter.

Un statut gravé dans le code de la santé publique

Interpellé sur le sujet, l’ISNI a souhaité rassurer tout le monde : « Il n’y a aucune inquiétude à avoir. Cette modification mineure ne remet absolument pas en question le statut d’interne défini dans le code de la santé publique », assure au « Quotidien » Baptiste Boukebous, président de l’ISNI.

L’arrêté du 8 octobre 2010 assimile bien l’interne à un « praticien en formation spécialisée », et non pas à un « simple » étudiant. « Cet arrêté publié au J.O., qui concerne l’enseignement supérieur, ne change rien à notre statut » insiste Baptiste Boukekous.

Interrogé sur le sujet, le ministère de la Santé n’a pas été en mesure de répondre à nos questions.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
debat
Focus

La réforme vue par les praticiens

Le corps médical ne se sent plus ni correctement représenté ni vraiment entendu. Selon notre sondage Odoxa, les médecins sont pourtant prêts à donner de la voix, y compris dans le cadre du grand débat. Et, quoique sans illusion, les sondés avancent, sur les dépenses de santé ou l'offre de soins dans les territoires, des idées parfois en rupture avec le reste de la population et les autres acteurs... 6

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Érosion du volontariat, nuit profonde abandonnée, toujours des réquisitions : la PDS toujours très fragile !

pds

Stabilité ou érosion du volontariat dans une majorité de départements, hausse timide des régulateurs libéraux (grâce aux retraités), nuit... 3

Temps de sieste, préparation à une garde, récupération : les bons conseils des chercheurs sur le sommeil de l'IRBA

sommeil militaires

Les nuits blanches, le sommeil irrégulier, la fatigue qui trouble la concentration… Ces désagréments sont bien connus des médecins... Commenter

Maternités de proximité : états généraux réussis et préparation d'un manifeste

etats generaux maternites 1

Les petites maternités peuvent sourire. Leurs états généraux qui se tenaient au Blanc (Indre) ce week-end ont été couronnés de succès. Avec... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter