« On veut rayer de la carte la médecine spécialisée libérale » (présidents de CME de cliniques)

« On veut rayer de la carte la médecine spécialisée libérale » (présidents de CME de cliniques)

Anne Bayle-Iniguez
| 20.11.2015

Après les cliniques de la FHP, les médecins spécialistes libéraux craignent à leur tour d’être mis à l’écart des futurs groupements hospitaliers de territoire (GHT) prévus dans le projet de loi de santé (examiné en nouvelle lecture à l’Assemblée nationale à partir de mardi 24 novembre). La crainte est que le secteur public se taille la part du lion dans la future réorganisation territoriale, marginalisant la médecine spécialisée libérale.

« Les médecins spécialistes libéraux ont toute leur place dans le système de soins, défend le Dr Jean-Luc Baron, président de la Conférence nationale des présidents de CME de l’hospitalisation privée, qui tenaient leur journée nationale ce vendredi. Pourquoi vouloir nous détruire ? On veut nous rayer de la carte hospitalière ! Ce projet de loi dogmatique est totalement inacceptable. »

Coordonner les soins grâce à des pôles de spécialistes

Les présidents de CME de cliniques s’agacent d’autant plus que la prise en charge coordonnée des patients fonctionne déjà dans les cliniques, assurent-ils.

Dans l’Hérault, depuis 2013, le Montpellier Institut du sein (MIS) accueille 700 patientes par an touchées par un cancer du sein, illustre le Dr Baron. Une quarantaine de chirurgiens, radiothérapeutes, radiologues oncologues (entre autres) exercent au sein de ce grand pôle de spécialistes (qui n’est donc pas une structure en dur), en collaboration avec un réseau d’infirmières libérales. « C’est un modèle à succès qui ne demande qu’à être développé pour les hyperspécialités, comme en orthopédie », souligne le DrBaron.

Une expérience similaire est en cours à Nevers, sous la forme d’une « maison de spécialistes ».

Mais le schéma économique reste à inventer. Les structures pluridisciplinaires libérales (maisons ou pôles) doivent désormais adopter le modèle juridique de la SISA – qui nécessite la présence d’un médecin généraliste dans le projet médical. Les spécialistes se sentent une fois de plus laissés au bord de la route.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
NICOLE D Médecin ou Interne 22.11.2015 à 15h43

« Notre collègue a tout à fait raison ce sont les mêmes qui depuis les années 70 -80 détruisent notre système de santé et la sécurité sociale , les mêmes noms qui font les rapports tiennent les pos Lire la suite

Répondre
 
MIREILLE C Médecin ou Interne 21.11.2015 à 14h10

« La volonté de supprimer la médecine libérale spécialisée ne date pas d'hier. En 1970, j'étais encore hospitalière , j'ai participé à deux réunions au Bâtiment Charlemagne de la CCE à Bruxelles conce Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter