MSF appelle à la réduction du prix du vaccin contre le pneumocoque

MSF appelle à la réduction du prix du vaccin contre le pneumocoque

12.11.2015

À l’occasion de la journée mondiale de la pneumonie, Médecins sans frontières (MSF) lance une pétition appelant les laboratoires à réduire le prix du vaccin contre le pneumocoque dans tous les pays en développement ainsi que pour les organisations humanitaires.

« Un enfant meurt d’une pneumonie toutes les 35 secondes. Vos laboratoires, Pfizer & GSK, produisent des vaccins efficaces contre la pneumonie, mais 75 % des enfants du monde n’y ont pas accès, à cause notamment de leur prix élevé […] Nous vous demandons aujourd’hui de baisser le prix du vaccin à 5 dollars par enfants dans les pays en développement et pour les organisations humanitaires », écrit MSF au PDG de Pfizer, Ian Read, et à celui de GSK, Andrew Witty, en préambule de la pétition que l’organisation lance aujourd’hui sur Internet.

Les deux firmes fabriquent les deux vaccins conjugués contre le pneumocoque (PCV) considérés actuellement comme les plus efficaces. Au prix le plus bas réservé aux pays les plus pauvres via l’alliance GAVI, le PCV coûte aujourd’hui 21 dollars par enfant.

MSF explique avoir « mené depuis 2009 des négociations - infructueuses - avec les deux laboratoires afin de faire baisser le prix du vaccin pour ses projets dans les pays en développement et pour répondre aux crises humanitaires ». Principale cause de mortalité infantile dans le monde, la pneumonie est responsable de près d’un million de décès d’enfants de moins de 5 ans chaque année, soit plus que la somme de ceux dus au VIH/Sida, au paludisme et à la rougeole.

Le coût de la vaccination de routine a été multiplié par 68 en 15 ans

Alors que le Programme élargi de vaccination (PEV) créé en 1974 a permis d’importants progrès en termes d’accès aux vaccins dans les pays en voie de développement (passage de 10 à 86 % d’enfants vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche en 40 ans) et considérablement participé à la réduction de la mortalité infantile au cours de ces dernières décennies, MSF rappelle que « moins d’un tiers des enfants ont accès aux vaccins les plus efficaces » contre le pneumocoque.

Plus largement, l’organisation humanitaire estime que l’augmentation des prix représente « un danger pour l’avenir du PEV ». Si le nombre de vaccins inclus dans le programme a doublé depuis 2001, passant de 6 à 13, le coût minimum de la vaccination de routine a de son côté été multiplié par 68.

En cause, trois nouveaux vaccins qui représentent à eux seuls 86 % du coût du PEV : le vaccin contre le rotavirus, celui contre le papillomavirus et le vaccin conjugué contre le pneumocoque (PCV). En raison de ce prix jugé trop élevé, MSF prévient que « certains pays ne peuvent utiliser ces nouveaux vaccins » et que « d’autres risquent, à terme, de ne pas pouvoir les maintenir dans leurs programmes de vaccination actuels ».

Benoît Thelliez
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 12

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 4

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 4

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter