Le serment de Galien et ses ancêtres

Le serment de Galien et ses ancêtres

12.11.2015

Au cours de leur 6e année d’études, les étudiants en pharmacie doivent soutenir une « thèse d’exercice » qui leur donne le titre de « docteur d’État en pharmacie ». À la fin de la soutenance de leur thèse d’exercice, ils prononcent le serment de Galien.
Une agréable incursion sur le site de la Société d’histoire de la pharmacie (www.shp-asso.org) permet de découvrir les ancêtres du serment de Galien.
Dès le XIIe siècle, les apothicaires sont obligés de prêter serment. Au titre de « Gens de métiers » puis celui de « Vendeurs de marchandises ou denrées au poids ». Puis, en 1336, le roi Philippe de Valois impose aux apothicaires de Paris de « prêter serment devant les Médecins de la Faculté de cette ville ».

Viennent ensuite le « Serment de Montpellier de 1574 », le « Serment des apothicaires de Saint-Quentin » en 1639, à très forte connotation chrétienne (la première promesse est de « vivre et mourir dans la foi chrétienne »), puis un autre Serment de Montpellier (dit du XVIIIe siècle). Morceaux choisis.
Qui pro quo. Le droit de substitution est encore loin : « Je n’useray de qui pro quo ou substitut aux médicaments qui me défandront que par leur (sieurs médecin et chirurgiens) ordonnance ou volonté. » (Montpellier, 1574). « Si les médicaments prescrits et ordonnez par les médecins défaillent en ma boutique, je n’en substitueray point. » (Montpellier, XVIIIe siècle).
Parties naturelles. « Je promets (…) de ne s’approcher jamais des parties naturelles si ce n’est pour les soins médicaux. » (Saint-Quentin).
Les « mois » des filles. « Je jure que je bailleray point aux filles des médicaments provoquant les mois. » (Montpellier, XVIIIe siècle).
Affoler. « Je ne bailheray pas aux femmes enceintes aucune chose pour les faire affoler à peyne d’être convaincu d’homicide. » (Montpellier, 1574).
Clystère. « Je ne baillerai aucun médicament sans ordonnance des médecins, excepté le clystère commun et la potion cardiaque. » (Montpellier, XVIIIsiècle).
Apprentis et serviteurs. « Je jure que traiteray humainement les apprentis et serviteurs de boutique et les enseigneray fidèlement. » (Montpellier, XVIIIsiècle).
Les povres. « Je seray libéral envers les povres et je n’exigeray rien de mes débiteurs et seray content de mon salaire. » (Montpellier, XVIIIe siècle).

Dr Emmannuel de Viel
 
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Carabins et internes auscultent le plan Macron : de bonnes idées... et des risques !

paces

Ni carton rouge, ni chèque en blanc : les étudiants en médecine (ANEMF), internes (ISNI et ISNAR-IMG) et jeunes praticiens (chefs de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter