Un gynécologue accusé de viol pour toucher vaginal « inapproprié »

Un gynécologue accusé de viol pour toucher vaginal « inapproprié »

09.11.2015

Un médecin strasbourgeois a été mis en examen cette semaine pour le viol d’une de ses patientes, à cause d’un toucher vaginal que la jeune femme estime « inapproprié », a-t-on appris samedi auprès de l’avocat du praticien.

Le gynécologue, qui exerce depuis une trentaine d’années, conteste « farouchement » tout geste déplacé. Pour lui, « il ne s’est agi que de gestes médicaux, qui n’avaient aucune connotation sexuelle au sens où la loi pénale l’entend. Ce qui s’est passé était totalement étranger à toute notion de recherche de plaisir », a dit à l’AFP l’avocat du gynécologue, Me Yannick Pheulpin.

A l’issue de sa garde-à-vue, l’homme a été placé mercredi sous contrôle judiciaire avec interdiction de poursuivre ses consultations à son cabinet. Il peut en revanche continuer à pratiquer des interventions chirurgicales à l’hôpital, a ajouté Me Pheulpin, confirmant des informations révélées par les Dernières nouvelles d’Alsace (article réservé aux abonnés).

Un signalement auprès de l’Ordre en 2008

Les faits dénoncés remontent à octobre 2013, mais la jeune patiente, alors étudiante, n’a déposé plainte qu’en juillet 2014, a souligné Me Pheulpin. « Dans sa plainte initiale, elle évoquait un toucher rectal, mais devant la police en novembre 2014 elle parlait d’un toucher vaginal », a-t-il ajouté.

Les enquêteurs ont retrouvé trace d’une autre patiente qui avait dénoncé en 2008 le comportement du même gynécologue auprès du conseil de l’ordre, là aussi pour un toucher vaginal inapproprié. Mais elle n’avait pas déposé plainte à l’époque, et a récemment indiqué aux enquêteurs, qui l’ont entendue comme témoin, qu’elle ne souhaitait pas davantage le faire à présent.

« Le mettre en examen et lui interdire d’exercer, je trouve ça d’une violence inouïe au regard du contenu de ce dossier », a commenté l’avocat du médecin. Selon lui, « il n’y avait pas d’indices graves ou concordants justifiant » de telles mesures.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Lyme : l'étude du Pr Caumes publiée dans « Clinical infectious Diseases » confirme un surdiagnostic et un surtraitement

lyme

Les résultats avaient été révélés en juin dernier lors des 19e Journées nationales de l’infectiologie (Nantes) : chez des patients... 3

PLFSS 2019 : médecins, hôpitaux, médicament, ce qu'il faut retenir

plfss

Agnès Buzyn et Gérald Darmanin ont présenté ce mardi le second budget de la Sécurité sociale (PLFSS) du quinquennat. L'Assemblée nationale... 4

AMP, recherche sur l'embryon et cellules-souches, génétique, le comité d'éthique propose de changer la loi

ccne

Le comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu ce 25 septembre sa contribution à la révision de la loi de bioéthique. L'avis 129... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter