Ban Ki-moon condamne le bombardement d’un nouvel hôpital MSF, cette fois au Yémen

Ban Ki-moon condamne le bombardement d’un nouvel hôpital MSF, cette fois au Yémen

Damien Coulomb
| 28.10.2015
  • Ban Ki-moon condamne le bombardement d’un nouvel hôpital MSF, cette fois au Yémen - 1

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a condamné mardi les frappes aériennes qui ont détruit un hôpital de Médecins sans frontières (MSF) dans le nord du Yémen – frappes qu’il impute à la coalition militaire conduite par l’Arabie saoudite pour rétablir l’autorité du président Abd Rabo Mansour Hadi sur l’ensemble du pays.

Un peu plus tôt dans la journée, l’ONG avait signalé la destruction d’un petit hôpital situé dans le district de Haydan, dans la province de Saada, suite à plusieurs raids aériens. Une première frappe a eu lieu lundi soir à 22 h 30, suivie d’autres attaques. « Le personnel de l’hôpital et deux patients ont réussi à fuir après la première frappe, mais un membre du personnel a été légèrement blessé, maintenant que cet hôpital est détruit, au moins 200 000 personnes se retrouvent privées d’accès à des soins médicaux vitaux », précise MSF, qui dénonce « une violation du droit humanitaire international ». Malgré la présence de 20 personnes dans l’établissement au moment de l’attaque, le bombardement n’aurait fait aucune victime, selon MSF. Le porte-parole du secrétaire général de l’ONU a pour sa part fait état de plusieurs blessés.

Une enquête minutieuse demandée par Amnesty international

MSF demande des explications sur les circonstances de cette attaque et précise que les coordonnées GPS de l’établissement ont été régulièrement transmises à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et que le toit de l’hôpital était clairement identifié avec un logo MSF.

« Même 12 heures après le raid aérien, j’ai pu voir de la fumée au-dessus de l’hôpital, a indiqué Miriam Czech, coordinatrice de projet MSF à Saada. Les salles d’hospitalisation, de consultations, la maternité, le laboratoire et la salle d’urgence sont détruits. C’était le seul hôpital encore fonctionnel dans toute la région d’Haydan, » a-t-elle ajouté. MSF a affirmé sa volonté de mettre en place un nouvel hôpital dès que possible, de manière à maintenir une offre de soins médicaux pour la population de Haydan.

Amnesty Internationale a, de son côté, demandé une enquête « urgente, indépendante et minutieuse » sur ces raids, faisant état de « six frappes aériennes consécutives » sur l’hôpital.

Il y a une vingtaine de jours, un autre établissement géré par MSF, situé à Kunduz, en Afghanistan, avait également été bombardé, cette fois-ci par l’armée américaine. L’ONG avait alors demandé la constitution d’une commission d’enquête sur les circonstances de l’attaque.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Carabins et internes auscultent le plan Macron : de bonnes idées... et des risques !

paces

Ni carton rouge, ni chèque en blanc : les étudiants en médecine (ANEMF), internes (ISNI et ISNAR-IMG) et jeunes praticiens (chefs de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter